Connect with us

International

[Tribune] Nouvelle Constitution : la nécessité d’assises nationales autour de la question

Published

on

Les Guinéens sont aujourd’hui divisés sur le choix d’adopter une nouvelle Constitution ou non. Des meetings sont organisés aussi bien à Conakry qu’à l’Intérieur du pays soit pour réclamer une nouvelle Constitution soit pour pourfendre celle-ci. A mon humble avis, ces divergences sur la question suffisent à elles-mêmes la convocation d’un référendum constitutionnel pour permettre au peuple souverain de Guinée de se prononcer librement.

L’espoir actuellement quant à la construction stable et démocratique de la Guinée doit donc être le résultat d’un effort et d’un engagement collectifs.

Pour ce faire, un appel doit être lancé à tous pour se pencher sur ce projet de nouvelle Constitution à travers des assises nationales.

Le succès du processus démocratique guinéen relèvera de la contribution des patriotes et démocrates qui doivent dépasser les démarcations subjectives et les attitudes revanchardes pour s’engager résolument dans la gestion de la vie politique nationale. Il sera aussi consécutif à l’attitude responsable de certaines organisations politiques qui doivent participer aux assises et travaux sur ce projet de constitution.

Enfin, l’esprit démocratique dont nous devons affirmer et codifier les acquis au cours de ces assises résultera aussi de l’apport actif des organisations de masse, des opérateurs économiques, des communautés religieuses, des organisations socioprofessionnelles et humanitaires. Il devra donc refléter et traduire de façon tangible le consensus national qui prévaut aujourd’hui en Guinée autour de questions essentielles comme le travail, la justice et la solidarité.

Tant il est vrai que les débats libres et contradictoires sont un élément fondamental du jeu démocratique. L’acceptation de l’expression libre dans la différence est au premier niveau des facteurs progressistes de la démocratie.

Le deuxième échelon des facteurs de la démocratie constructive est d’aboutir à un consensus auquel tout le monde se soumet ou, à défaut, de dégager une position majoritaire que la minorité oppositionnelle se doit d’admettre. Et si la position minoritaire s’avère juste, l’histoire dans tous les cas, ne tarderait pas à le relever…

La démocratie constructive est celle qui favorise l’action par l’expression consensuelle, qui n’arrête pas l’action sous le prétexte de l’expression contradictoire. C’est là un exemple de contrainte qui impose à la démocratie un minimum de discipline et à tous les protagonistes du jeu démocratique un minimum de sacrifices et de patriotisme.

Les uns et les autres devront dépasser la méfiance systématique et discuter objectivement en fonction des intérêts majeurs du peuple de Guinée afin que l’action engagée ne soit pas entachée d’erreurs d’appréciation.

Aussi, les sensibilités religieuses et les coordinations régionales constituant des forces sociales organisées ayant une influence sur une partie des composantes de notre peuple indépendamment du jeu politique, les exclure du débat serait anti-démocratique.

Le monde syndical guinéen, en tant que cadre organisé des travailleurs des multiples secteurs de la vie nationale, est aux différents carrefours de la production. Il est donc normal qu’il soit associé aux grandes décisions qui engagent tous les travailleurs.

Évidemment, il n’est pas question d’exclure de ces assises qui engagent toute la société guinéenne, les couches spécifiques que sont les jeunes, les femmes, les anciens et les paysans. Elles correspondent bien à des intérêts spécifiques qui doivent être directement exprimés.

Enfin, faut-il exclure de ces débats les opérateurs économiques, les organisations non gouvernementales humanitaires au nom de l’hégémonie des partis politiques ? Certainement pas !

C’est en prenant en compte toutes ces considérations que le Gouvernement guinéen doit associer, aux différentes instances nationales que sont les assises et les structures consultatives, l’ensemble des couches et sensibilités sociales ou professionnelles afin que s’en dégage un consensus réellement national autour du projet de Constitution.

Nous ne devons jamais oublier que le but final de la démocratie, c’est de favoriser le développement par la liberté, la justice sociale par le progrès. L’histoire de la Guinée depuis son accession à l’indépendance est riche des expériences politiques que sont le parti unique, le multipartisme intégral et le régime d’exception.

En engageant ces assises vers une nouvelle Constitution guinéenne nous devons non seulement nous inspirer de toutes ces leçons de notre histoire, mais surtout acquérir la conviction que sans démocratie véritable, il n’y a aucun développement.

En favorisant l’expression plurielle et en codifiant des droits et des devoirs collectivement acceptés, la démocratie sécurise les acteurs sociaux et libère toutes les initiatives favorables au progrès.

La lutte pour la démocratie, qui est aussi une lutte pour le développement, exige de chacun des Guinéens qu’il donne le meilleur de lui-même. La démocratie à laquelle nous aspirons devra créer toutes les conditions politiques, juridiques et sociales de la participation maximale de toutes les composantes du peuple au processus de développement.

Nous devons conjuguer nos efforts pour bâtir des fondements constitutionnels solides garantissant la poursuite des transformations économiques, politiques, culturelles et sociales en cours.

Au terme de ces assises, notre peuple devra se prononcer par voie de référendum sur le projet de Constitution qui doit mobiliser toutes nos énergies. La paix tant souhaitée est à ce prix. C’est une opinion et les débats peuvent s’ouvrir.

Ibrahima Donzo

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Angela Merkel à Auschwitz, un message à l'antisémitisme 6 décembre 2019
    L'ancien camp de concentration d'Auschwitz incarne l'horreur de l'extermination des juifs planifiée et exécutée par le régime nazi. Pour Angela Merkel, chacun devrait se sentir en sécurité en Allemagne et en Europe.
  • Emmanuel Macron et la présence militaire française au sahel 6 décembre 2019
    Au menu : la démographie en Afrique. Egalement, la sortie président français Emmanuel Macron en marge du sommet de l’Otan, invitant les présidents des pays du G5-Sahel à Pau en France, est commentée dans la presse.
  • RDC : l’armée nie être complice des ADF 6 décembre 2019
    Le porte-parole de l'armée congolaise considère l'hypothèse d'une complicité "impossible". Un rapport de mai 2015 des Nations unies évoquait pourtant une " ample collusion » entre les FARDC et les ADF. 
  • Les Nigériens agacés par la convocation d'Emmanuel Macron 6 décembre 2019
    Pour entendre leurs positions sur les appels au départ des forces françaises, Emmanuel Macron a convoqué les dirigeants africains du G5 Sahel en France. Mais les propos du chef de l'Etat français passent mal au Niger.
  • Emmanuel Macron jette une pierre dans le G5 Sahel 6 décembre 2019
    Le président français exige des chefs d'Etats du G5 Sahel, une clarification de leur soutien à la présence militaire française sur leur territoire. 
  • Mauricio Pochettino n'est pas dans le plan du Bayern 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne
  • Bayern Munich: Mauricio Pochettino n'est pas envié par le club 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne.
  • RCA : le comité de suivi du processus électoral contesté par l'opposition 6 décembre 2019
    A un an des échéances électorales en Centrafrique, un comité stratégique d’appui au processus électoral a été créé par le gouvernement et cela malgré l’existence de l’Autorité nationale des élections (ANE).
  • Menace de boycott sur la présidentielle en Algérie 5 décembre 2019
    L’élection présidentielle du 12 décembre est peut-être la plus difficile du pays. Les opinions pour et contre sont dans un face-à-face inattendu et seul le taux de participation pourra les départager.
  • Avec la Russie, le baton et la carotte 5 décembre 2019
    Les services secrets russes sont accusés de mener des activités douteuses depuis le territoire de plusieurs pays européens. La presse souhaite alors la fermeté tout en gardant le contact avec Moscou sur certains sujets.
  • Une affaire Skripal façon allemande 5 décembre 2019
    Deux employés de l'ambassade russe à Berlin déclarées personae non grata pour ne pas assez coopérer dans une enquête sur un meurtre commis en Allemagne, qui pourrait avoir été commandité en haut lieu.
  • Nouvelle arrestation d'un militant des droits de l'Homme au Tchad 5 décembre 2019
    D'abord interpellé pour diffamation, Mahamat Nour Ahmat Ibedou est désormais accusé de meurtre et tentative de meurtre. A N'Djamena, comme dans la diaspora, des voix s'élèvent pour dénoncer cette nouvelle arrestation.
  • "Il n'y a pas de complot extérieur contre l'Afrique" A. Ould Abdallah 5 décembre 2019
    Alors que le sentiment anti-français croît de nouveau au sein des populations dans le Sahel, Ahmedou Ould Abdallah, ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, dénonce son instrumentalisation.
  • La place contestée de la Turquie au sein de l'OTAN 4 décembre 2019
    Malgré l'offensive unilatérale de l'armée turque au nord de la Syrie, Ankara reste un membre solide de l'OTAN.
  • Existe-t-il une complicité entre l'armée congolaise et les rebelles ADF ? 4 décembre 2019
    Le spécialiste des questions de sécurité Boniface Musavuli estime que les ADF actuels, accusés du massacre de centaines de civils, agiraient grâce à la complicité de certaines unités des FARDC.
  • L'OTAN en quête d'objectifs communs 4 décembre 2019
    Malgré la signature d'une déclaration finale, l'heure n'était pas à la fête au sommet des 70 ans de l'OTAN à Londres.
  • Tchad: un ex-Premier ministre incarcéré pour corruption 4 décembre 2019
    L’ancien Premier ministre Kalzeubé Payimi Deubet, secrétaire général de la présidence, est accusé de complicité d’escroquerie, d’abus de fonction et de tentative de détournement des deniers publics. Il a été incarcéré.
  • L'Allemagne attendue sur la crise anglophone au Cameroun 4 décembre 2019
    Le conflit dans les régions anglophones a forcé plus de 700.000 personnes à fuir leur domicile et fait plus de 3.000 morts. Après l'échec du dialogue national, la résolution de la crise pourrait venir de l'extérieur.
  • "La soumission n'est pas un choix pour moi" 4 décembre 2019
    Ce 4 décembre, la fondation Right Livelihood remet son prix 2019, souvent surnommé "prix Nobel alternatif". Cette année, le jury a choisi quatre militants pour être lauréats, parmi lesquels Aminatou Haidar.
  • PL : Manchester City ne lâche rien 4 décembre 2019
    Les Citizens se sont largement imposés à Burnley (1-4) et reviennent à huit points de Liverpool, qui affronte ce soir Everton dans le derby.