[Vidéo] Troublantes révélations sur Diallo Telli, ancien secrétaire général de l’OUA: « le complot de 76, il a été dénoncé par sa propre famille » (Madifing Diané)

Print Friendly, PDF & Email

Les 26 ans de règne du président Ahmed Sékou Touré [décédé le 26 mars 1984] n’ont pas encore livré tous leurs secrets. Dans l’émission “Archives” de la RTG, Elhadj Madifing Diané, ancien ministre de la Sécurité et ex-directeur de la Sécurité à la Présidence (de 1970 à 1984) a fait des révélations troublantes -voire graves- sur le premier secrétaire général de l’ex-Organisation de l’Unité africaine (OUA) [devenue Union africaine (UA)] Boubacar Telli Diallo arrêté, dit-il, pour “fait de complot” en 1976 et mort au camp Boiro.

Troublantes révélations sur Diallo Telli, ancien secrétaire général de l’ex-OUA:  » le complot de 76, il a été dénoncé par son épouse »
Selon Elhadj Diané, “il n’y a jamais de régime innocent, il n’y en aura pas”. Mais, avoue-t-il, “avec conviction” que “le complot de 76 est évident” et Telli Diallo, à l’en croire, y a participé.
“Le complot de 1976 touche l’une des plus grandes personnalités du pays. (…) Telli a voté Oui au référendum de 1958. (…) Telli a participé au complot de 1969. C’était son complot. Il était au courant et a participé à l’agression de 1970. Sont intervenus pour lui, vivants le président Moussa Traoré du Mali, Yakubu Guwon du Nigeria, Gaafar Nimeiry du Soudan, Siad Barre de la Somalie et Dr Alfred Quenun, directeur de l’OMS pour l’Afrique (…). Le cas de 76, Telli a été dénoncé par sa propre famille. C’est évident. Son fils Thierno était assis à la dénonciation, par sa maman, épouse de Telli. Telli a été dénoncé par un certain Amadou Diallo qui a écrit un livre “la mort de Telli”. Ce Amadou Diallo était un agent double de la DSGE française. Il était étudiant à Orléans quand il a été recruté. il est rentré en Guinée par l’Algérie. Il est venu jusqu’à nos bureaux sur recommandations... Ci-dessous l’interview

Par Mediaguinee

  1. Barry 4 ans il y a
    Repondre

    Eh ben. Voilà qui est clair. Ahhh femme

    • Bach 4 ans il y a
      Repondre

      Je personne d´evrais etre juge et condanne pour service quil a rendu a se criminel de SEKOU TOURE

  2. faden 4 ans il y a
    Repondre

    c’était cette emission la partie 2 du documentaire
    ET vint la liberte.
    tout surgirat s’il te plait a dieu
    SEKOU TOURE EN PAIX !!!!!!

  3. tinguela 4 ans il y a
    Repondre

    encore un menteur patenté Amadou diallo n’avait que 14 ans en 1976 il a certainement été recruté dans le ventre maternel

  4. nenney diane 4 ans il y a
    Repondre

    c’est un gros menteur ce monsieur, pourquoi attendre la mort de thierno telli pour l’accuser??
    les mort ne peuvent se defendre

  5. Mamoudou Daye Sow 4 ans il y a
    Repondre

    N’importe quoi,
    Diane tu es la honte de l’humanité.

  6. [Vidéo] Troublantes révélations sur Diallo Telli, ancien secrétaire général de l’OUA: « le complot de 76, il a été dénoncé par son épouse » (Madifing Diané)Flash Guinée 4 ans il y a
    Repondre

    […] source:mediaguinee.org […]

  7. Ibrahim kallo 4 ans il y a
    Repondre

    Un espece d’elhadj mentir,tortionnaire,racist et sans vergogne ce mailing Diane…va au diable avc tes recis….ya eu des temoignages des survivants du camp boiro, dès livres ya eu ds ministries ds ambassadors ki ont Donner des temoignages..kelkin simple tortionnaire Comme toi peu nous dire a propos de camp boiro.tu sais pourkois les Ismael toure,nfa siaka,Amara toure ,mamady Diane et consort on ete fusiller sous le Moknt gangan . parseke Dieu ne laisse pas certains pecher jusqu’en enfer..c ici ds ce bas monde..

    • Billo 4 ans il y a
      Repondre

      Madifing Diane, responsable de la securite de sekou Toure, que peut il dire sur Telli que du mal et du mensonges . Il est très mal Placer pour parler de Telli. Pcq au moment des faits, il etait un acteur du regime incrimine. Mieux que ça, on peut facilement avec lucidite relever des contres verites ds ses propos notamment sur le cas du vote au referendum puisq Telli etait en France, n’a donc pas pu voter, et s’il avait voter? Le vote n’est il pas secret? Cmt on pourra comprendre que tel a voter pour le oui ou le non. Si aumoins il etait leader politique, peut etr on aurait pu dire qu’il a militer pour oui ou Non, mais rien de tous ça. M Diane ceux qui vs écoute ne sont pas des imbeciles, faites attention! Pour ceux qui veulent savoir ce qui veulent savoir ce qui s’est passer, c’est mieux de lire Andre Levin ou faire un podcast des archives dafrique.

  8. Mohamed BERETE 4 ans il y a
    Repondre

    Ceux qui nient les paroles de docteur, doivent raconter le vrai en citant les sources vérifiable. Il est temps d’agir vite pour que les sources ne disparaitre pour jamais, je suppose que la jeunesse guinéenne prend chose en main. On ne doit pas laisser ce travail à un journaliste ou un medias. Il faut qu’on travaille ensemble pour que la vérité sorte

  9. tim 4 ans il y a
    Repondre

    Pourquoi voulons nous refuser d’entendre la ou les vérités? Pourquoi avons nous peur de la réalité? C’est pour cela que nous avons besoin d’une conférence nationale pour que toutes les vérités soient connues. Ce n’est pas impossible que Diallo telly soit dénoncer par son épouse. Mr Diané a aussi donné le nom de l’ancien président malien, Moussa Traoré, qui peut être une personne intéréssante dans le cas de Diallo Telly. Il peut être un témoin que vous pouvez demander ou contacter. Il faut enquêter sur les accusations contre Diallo Telly. Mr Diané a aussi dit qu’aucun régime est innocent; donc, il reconnait que le regime de Sékou Toué a fait des bavures. Pourquoi ne voulez vous pas accepter les accusations sur Diallo Telly? Parce que est-il peulh? Il faut sortir de ces idées pareilles car nous voulons tous connaitre la vérité même si elle difficile à entendre. Je demande au président Alpha Condé d’organiser cette conférence nationale car il ya encore des vivants parmis nous même si lui, Alpha Condé, pourrait être impliqué dans l’aggression 70 contre la guinée. Moi, en tout cas, comme beaucoup de guinéens veulent connaitre la vérité. C’est avec ça que nous connaitrons la réconciliation.

  10. Tidiane96 4 ans il y a
    Repondre

    Le mal de la Guinée c d’avoir un président comme sekou toure celui qui a enterré l’avenir de la Guinée.mr diane s’il te plaît va a la mosquée demande Dieu de te pardonner tes péchés au lieu de venir bavarde sur les réseaux sociaux

  11. Observateur 4 ans il y a
    Repondre

    Ceux qui éssaient de contredire Dr Diane,qu’ils envoient des preuves!Les injures et les menaces ne pouraient cacher la verité.Feu le President AST à été salir après biensure sa mort mais la verité finis toujours par triomphé.
    1/Avant sa mort SIRADIOU DIALLO a reconnus sa participation dans l’attaque contre la Guinée.
    2/LES TEMOINS Cités par Dr sont vivants et pas guinéens donc ils peuvent affirmer ou contester.
    3Acun regine n’est en éffet innocent.Poue exemple Celou Dalein a defendus le faits que la DESTRUCTION DE KAPORO-RAIL n’a rien avoir les droits de l’homme.Hors il ya eu mort d’homme.DONC NE DEFENDEZ PAS LE mensonge.Dr DIANE a dit tout juste ce qui c’est passé.

  12. SADIO BARRY 4 ans il y a
    Repondre

    Si l’agression de 1970 est un crime, pourquoi le flic Madifing Diane n’a pas cherché à arreter ou pinir Alpha Condé qui en était un cerveau au lieu de se mettre à son service?

  13. keita 4 ans il y a
    Repondre

    Et oui elle est très amère n’est ce pas? aussi longtemps qu’un bout de bois durera dans l’océan il ne se transformera jamais jamais en caïman.

  14. alphonse 4 ans il y a
    Repondre

    2016-11-08 14:11:46

    En Guinée, plus de 30 ans après leurs forfaitures abominables, des criminels indignes de l’humanité comparables aux Nazis des années 1930 continuent de narguer leurs victimes. Par la complicité d’un régime qui nous parle cyniquement de citoyenneté, de réconciliation et de fraternité entre Guinéens !

    Dans une vidéo rendue publique par Mediaguinee le 2 novembre 2016, l’ex-flic et grand criminel de la révolution sékoutouréenne qui envoyait des gens au camp de la torture et de la mort (camp Boiro), Madifing Diané, n’a pas eu honte d’accuser publiquement la veuve de Diallo Telly, d’avoir dénoncé son mari à la Révolution. Pour justifier leur crime abominable contre ce grand Africain.

    Nous savons que toutes les personnes, de toutes les ethnies guinéennes, qui ont sauvagement été tuées par le régime sadique et inhumain de Sékou Touré auraient été dénoncées par leurs propres mamans, papas, enfants, leurs épouses ou maris.

    Qu’un des plus grand artisan de ces crimes abominables qui ont vidé la Guinée de son élite et de ses personnalités de référence, Madifing Diané, ose faire une sortie publique de nos jours pour souiller la mémoire de leurs victimes et se moquer des familles de victimes, cela est dû à l’impunité qui a toujours été garantie aux génocidaires guinéens et à la passivité des familles de ces victimes en Guinée. Ces accusations sont d’autant plus indignes et révoltantes que la veuve de Diallo Telly n’a jamais voulu se remarier afin d’immortaliser le nom de son cher et victime époux Diallo Telly.

    Recyclé par Alpha Condé, le criminel Madifing Diané qui ne mérite pas moins qu’une pendaison publique, qu’ils ont inventée en Guinée contre leur propre peuple, n’a plus de retenue ni honte ni peur de remuer le couteau dans les plaies au moment où l’on parle de réconciliation nationale en Guinée.

    Est-ce un hasard si cette sortie de ce grand criminel de la révolution guinéenne coincide avec des éloges d’Alpha Condé au régime PDG en Chine, en s’attaquant viscéralement au régime de Lansana Conté auquel il attribue tous les maux de la Guinée ?

    Si Sékou Touré n’avait pas tué ou fait fuire tous les grands intellectuels et officiers de valeur du pays, s’il n’avait pas géré le pays dans le népotisme et la culture de la médiocrité, le militaire Lansana Conté lui aurait-il succédé au pouvoir en Guinée ?

    Alpha Condé lui-même se disait opposant à la dictature révolutionnaire de l’époque. Il fut condamné à mort par contumace par le régime sanguinaire de Sékou Touré. On peut se demander aujourd’hui si cela n’était pas une mise en scène pour couvrir l’agent Alpha Condé et lui donner la possibilité d’infiltrer l’opposition guinéenne à l’extérieur.

    Monsieur Madifing Diané, voici ce qu’était votre travail, celui du PDG et celui de Sékou Touré. Et puisque vous vous évertuez tous à vouloir falsifier l’histoire et à détruire toutes les preuves sur vos crimes, il est temps de commencer à témoigner et raconter notre histoire, la vraie. Il est temps de permettre à tous les guinéens, à l’Afrique et au monde entier de mieux vous connaitre.

    Ici, dans le scénario concocté à l’intention de la Voix de la Révolution, Saran était une « comploteuse, recrutée par les allemands ». Voila l’une des spécialités de Madifing!

    Ci-après, un petit extrait du livre de Kaba 41, un de vos serviteurs puis rescapés, intitulé : « Dans la Guinée de Sékou Touré : Cela a bien eu lieu » Paris, L’Harmattan. 1998. Mémoires Africaines. 253 pages :

    « Tu enfanteras dans la douleur » ; et elle enfanta, elle enfanta la douleur. Le hurlement qu’elle poussa avant de s’évanouir fit sursauter la sentinelle qui somnolait dehors près de l’entrée. Il était trois heures du matin. Kankan dormait. Les centaines de détenus politiques, eux, ne dormaient point. Chacun attendait son tour, son tour de passer à la cabine technique, à l’abattoir, à la mort. Ils avaient suivi son départ pour l’interrogatoire depuis une heure du matin. Ils l’avaient entendue pleurnicher, pleurer, les prier en vain; mais ce hurlement de bête qu’on égorge leur avait fait perdre tout espoir, l’espoir de s’en sortir. Qu’on puisse torturer ainsi une femme.

    Bon Dieu ! Bon Dieu ! murmura l’un des plus riches commerçants de Kankan, arrêté depuis trois jours. Saran, c’était elle, en était à son cinquième, car il faut quatre jours de diète sèche (1) avant d’être interrogé , quatre jours sans manger ni boire, sans aucun contact, bouclé par derrière dans une cellule qui a toute l’allure d’une tombe.

    — Aide donc la Révolution, Saran ; cela fait près de deux heures que tu nous embêtes. Si j’ai attendu tout ce temps, c’est parce que je te connais. Mais ma patience a une limite. Tu n’es pas la seule, les autres attendent. Dis la vérité ! Reconnais que tu es recrutée par les Allemands et que tu as reçu d’eux 3 500 dollars.

    — C’est pas vrai ! C’est pas vrai ! C’est pas …

    — Ta gueule ! hurla le capitaine Kouyaté , sur les nerfs.

    — Ecoute mon frère ! Tu peux me sauver si tu le veux bien. Tu sais très bien que tout cela est préfabriqué. Je te jure que tout est faux, tout.

    — Je ne te demande pas la date de ta naissance. Je la connais. Conakry attend, pour demain matin, ta déposition. Tu crois que l’avion va t’attendre ? Des plus durs que toi sont passés ici. Si tu es dans cet état, c’est que tu l’as cherché. Reconnais ou je deviens méchant.

    Saran roula de côté : elle était amarrée des épaules aux chevilles. Le fil de téléphone de campagne avait pénétré sa chair depuis longtemps. Presque nue, son beau corps était glauque : elle se roulait par terre ; elle se dit que la mort valait mieux qu’avouer un mensonge. Tout son corps était en feu.

    Le capitaine Kouyaté lui avait arraché par endroits des plaques de sa peau douce avec une paire de pincettes branchée à un appareil téléphonique de campagne.

    — Tu refuses d’aider la Révolution ? Tant pis.

    — Vingt-quatre ans à son service, cela ne suffit pas ? dit Saran, fièrement.

    — Ce qui compte, c’est la fidélité au Parti. Tu as couché avec les Allemands et ils t’ont recrutée. Il est vrai que tu es l’une des toutes premières militantes de Kankan, mais tu as fini par trahir comme les autres.

    — C’est faux ! cria Saran, indignée.

    — Détachez-la, ordonna le capitaine. Ce que firent deux gorilles spécialistes des tortures.

    — Enlève ton slip, dit le capitaine. Saran hésita, affolée, fixant tour à tour l’officier et les deux sbires.

    — Laisse-moi au moins celui-là.

    — Enlève-le ou je le déchire.

    Il n’attendit pas une seconde. Il la gifla et tira sur le slip qui craqua, roula sur une jambe jusqu’aux genoux. La gifle avait jeté Saran par terre.

    — Relevez-la et placez-la sur la table. Ce qui fut vite fait. Nue, Saran écartelée, fut correctement liée à la table.

    — Envoyez ! ordonna le capitaine.

    On envoya le « jus » ; le capitaine promena ses pincettes électriques sur le bas-ventre de Saran qui hurla. L’odeur de poils brûlés monta dans la salle puis, brusquement, il plongea l’instrument dans le vagin de Saran, qui hurla de plus belle et perdit connaissance. L’un hommes de main ricana mais pas pour longtemps car le spectacle qui suivit le fit trembler : le capitaine Kouyaté avait tiré sur les pincettes qui vinrent avec tout le vagin dehors. Il fixa son oeuvre. Pour la première fois, depuis qu’il exerçait ce métier, il fut pris de pitié mais non de peur. N’avait-il pas droit de mort sur les détenus qu’il interrogeait ? Il ne pouvait quitter des yeux cette boursouflure sanguinolente que Saran avait entre ses jambes écartées. Il se baissa, plaqua l’oreille sur la poitrine de la femme évanouie. Elle respirait.

    — Ranimez-la ! cria-t-il. Qu’est-ce que vous attendez ?

    On se précipita. La porte de la salle s’ouvrit. On courut. La bouteille d’eau percée fut là. Les gifles claquèrent. On travailla Saran, longtemps , elle ne revint pas à elle.

    — Et si elle mourait avant d’avoir parlé ? Elle devra parler avant de mourir ! Ainsi parla le capitaine, retrouvant ses instructions de tueur.

    — Ramenez-la dans sa cellule.

    On prit Saran, pur coton ; et on alla la jeter dans une cellule, toujours nue. Kouyaté prit doucement sa casquette, la tapota, ému tout de même pour la première fois. Il regarda les vêtements de la femme, jetés sur une chaise ; il s’approcha, les caressa, les prit dans sa main droite, les serra, serra ses larmes coulèrent silencieusement. Il était tout seul. Le marbre peut-il s’émouvoir ?

    Tout en essuyant ses larmes avec les vêtements de Saran qu’il étreignait, il sortit de la salle des interrogatoires à pas lents. Dehors, la sentinelle, appuyée au mur ne somnolait plus ; il fit semblant de ne pas la voir. Il longea les manguiers sombres de l’allée et se dirigea vers son domicile.

    Il traversa la place des rassemblements ; la sentinelle placée devant le poste de police claqua des talons. Le capitaine ne fit pas attention. Le Djoliba, ici appelé Milo, coulait à sa droite, paisiblement. Tout le camp Soundiata de Kankan dormait. Le capitaine Kouyaté rentra chez lui à pied : il avait oublié sa jeep russe devant « la cabine technique ». Il avait la clé de sa chambre. Il l’ouvrit, y pénétra, augmenta l’éclat de la veilleuse. Sa femme était là, belle, claire, ronflant. Il la regarda longuement puis, sans se déshabiller, s’installa dans un fauteuil et ne ferma pas les yeux du reste de la nuit.

    A six heures du matin, le capitaine Kouyaté Lamine alla voir sa victime. Il ouvrit lui-même la cellule sans être accompagné — ce qui est interdit dans tous les camps d’extermination de Sékou Touré .

    — A boire ! J’ai soif ! Très soif ! Et les habits ? Saran parlait d’une voix faible. Son postérieur gros et nu épousait la poussière de la cellule. Ses deux mains lui servaient de cache-sexe. Pour toute réponse, Kouyaté dit d’une voix haute de supérieur, satisfait de la tournure des événements :

    — Dieu merci.

    Saran ne comprit pas ce « Dieu merci ».

    — Tu sais, Saran, pour l’eau, il faut que tu parles d’abord. Si tu déposes, tu auras et l’eau et la nourriture et même un lit. Pour tes vêtements, c’est tout de suite. Je t’envoie l’infirmier pour une injection antitétanique.

    Le capitaine claqua la porte, la verrouilla. Ayant retrouvé ses esprits, il retrouva sa jeep. Il retourna chez lui.

    Saran venait tout juste de remettre son vagin à sa place quand Kouyaté avait ouvert la cellule. Elle était revenue à elle quelques minutes auparavant. Saran, de profession, est assistante sociale.

    Désagréablement surprise, indignée par ce qui lui était arrivé, elle sanglota, sans larmes. Elles avaient tari dans la cabine technique, séchées par la douleur.

    — Si je dure en prison, je n’aurai plus d’enfant, dit-elle, toute douleur. Elle regarda ses mains poussiéreuses, fixa son morceau de slip accroché à son genou ; elle le retira et s’en servit pour remettre son vagin peu ou prou à sa place en geignant.

    Quand le capitaine ouvrit sa cellule, elle n’avait pas achevé sa délicate et triste besogne. A son départ, elle l’acheva, poussa un gros soupir. Les plaies sur ses fesses, traces des pincettes de feux, lui faisaient très mal, mais elle avait surtout faim et soif, soif. Elle sentait au plus profond de son être, un feu cuisant, permanent qui avivait sa soif. Il vaut mieux accepter ce qu’il demande, mais boire, boire puis mourir.

    La nuit du même jour, le cinquième, elle aida la Révolution en reconnaissant comme vrai et fondé ce qui lui était reproché.

    Lire le livre de Kaba 41 (Lien) !

    Je saisis cette occasion pour remercier, encore et toujours, le fondateur du site historique campboiro.org qui nous livre des témoignages authentiques sur l’histoire de notre pays que certains anciens criminels cherchent à falsifier par tous les moyens, avec la complicité du régime actuel d’Alpha Condé.

    Namory Condé

    10 commentaire(s) || Écrire un commentaire

    Revenir en haut de la page

    VOS COMMENTAIRES

    Balde Ballah 08/11/2016 16:22:38
    Merci Namory il y a encore des vrais Condé en Guinée.
    Doura Barry 08/11/2016 16:44:08
    les peuls de guinee sont nuls sinon des criminel sadiques comme ce fils de batard maffing serait pendu depuis longtemps. mais helas il est la nous narguer.
    Aliou 08/11/2016 19:00:31
    C’est par ses gros Testicules que ce Madifing Dianè doit être pendu.
    Hawa Bah 08/11/2016 19:06:56
    Dire que Cellou et son UFDG sont allés jusqu’à faire des cortèges de mamaya ensemble avec le RPG dans le Fouta. Pourquoi au Fouta et pas en Haute Guinée? Encore un programme calculé et bien planifié du RPG à la réussite duquel CDD et son parti ont lâchement et bêtement contribué.
    Doura Barry 08/11/2016 20:14:17
    excellente idee Aliou! pourvu qu’ils ne soient pas amorphes a ce stade ce que j’en doute fort; peut etre par sa queue alors serai mieux.
    Aroune barry 09/11/2016 00:42:28
    J’ai la nausée des petites femmes peuls qui épousent ces criminels sadiques du mandingos, tout les attaques contre les peuls sont toujours planifiées à travers elles. dommages également ceux qui vendent la dignité du fouta en acceptant les critiques haineux des parties, ou le régime AC auquel ils adhèrent .
    AC est pire que le tortionnaire sanguinaire sekou Touré .
    Doura 09/11/2016 00:49:13
    Cette interview de ce criminel a été commandité par Alpha parce qu’il a donné des gages à la communauté malinke de réhabiliter sekou toure .c’etait la condition pour qu’il soit reconnu comme malinke de Guinée.Il est sous pression depuis sa hasardeuse sortie anti malnké,car ceux ci on désormais décider de lui faire exécuter tous les accords qui ont sous tendus sa maninkanisation.Rehabiliter Sékou toure est la première condition .Il doit aussi lui donner le nom de l’aéroport de Gbessia,Il doit en principe nommer un des enfants du dictateur au gouvernement ce qui l’a poussé à dire sans gêne que sekou toure a été victime de complot de l’impérialisme français ,Il a ajouté que sekou avait industrialisé la Guinee Et que le régime militaire a été une catastrophe pour la Guinée .Son expression de reprendre la Guinée là où sekou toure la laissée était prémonitoire de sa mission de réhabiliter sekou et son système.Au fur et à mesure de la destruction de l’opposition,Il sortira les cartes de son projet de restauration de la révolution.il a dit en Chine que la GUINÉE a besoin de la révolution culturelle tout en précisant que dès qu’on parle de révolution on pense au PDG ,mais que la Guinée a vraiment besoin de la révolution.Ca ne fait que commencer des madifing en embuscades sont nombreux.Des Biro KANTE et autres thuriféraires du parti État .
    Alpha se trompe d’époque et de peuple.Il aura une fin de régime catastrophique comme l’a prédit un précédent auteur
    Bangaly Traore 10/11/2016 01:02:55
    Il est temps de creer une armee nationale des victimes contre les criminels de sang des guineens. Trop c’est trop Debout les victimes.
    Ahmadou 10/11/2016 07:04:40
    Tous nos remerciements a M. Conde et a guineepresse d’avoir eu l’initiative de commencer a repondre a Madifing Diane mais surtout d’avoir ouvert les yeux a tous les lecteurs de ce qu’a pu être et ce qu’était le quotidien des guinéens au temps du PDG et de Sekou Touré. Je vous demanderai aussi de publier les conditions d’arrestation, de detention, d’interrogatoire et d’assaninat de Diallo Telli parus dans plusieurs ouvrages. Afin que les guinéens comprennent qui est ce Madifing qui se permet de mentir outragesement sachant qu’il fait partie de ce qui ont fabriqué , planifié et executé le complot peul. Il fait partie de ceux qui redigeaient les scénarios macabres des complots et qui après les seances de torture et de diete les faisaient lire a leurs victimes.
    Madifing est un criminel,un criminel contre l’humanité responsable direct et indirect de la mort de plusieurs dizaines de milliers de guinéens cerveau du montage de tous les complots depuis Sekou Touré jusqu’au complot peul (Bah Oury,commercants) de Alpha Condé.
    Ahmadou 10/11/2016 07:49:41
    Je me dois de rajouter que Sekou et le PDG n’ont pas tu? que des peuls. Ils a tortur? et tué tous les guin?ens: malink?s, peuls, soussou et forestiers. En fait, ils tuaient avant tout par complexe et jalousie. Ensuite Pour des besoins de sacrifices! Et enfin par depravation sexuelle. Ces dizaines de millier de personnes sont mortes pour rien en quelque sorte. Juste pour leur beaute, leur education, leur savoir, leur aisance ou independance, leur femme ou fille dont ils voulaient s’approprier le corps pour assouvir leur besoins, leur desaccord, leur naissance, leur origine ou famille. Uniquement pour ca! Tous les temoignages et documents le confirment.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.