Trump à Bruxelles : ni tapis rouge ni Charles Michel sur le tarmac

Le fait que le président américain Donald Trump n’ait été accueilli à son arrivée mardi soir à Bruxelles que par une haute fonctionnaire des Affaires étrangères – et non par un membre du gouvernement fédéral – résulte d’une volonté de l’administration américaine, a-t-on indiqué mercredi de source gouvernementale belge.

Trump, qui a atterri mardi soir à l’aéroport de Bruxelles-National en provenance de Washington pour participer à un sommet de l’Otan durant deux jours à Bruxelles, a été accueilli par la cheffe du protocole du ministère des Affaires étrangères, Françoise Gustin, accompagnée par les trois ambassadeurs des Etats-Unis basés à Bruxelles, le nouvel ambassadeur auprès de la Belgique, Ronald Gidwitz, et ses collègues accrédités auprès de l’Otan, Kay Bailey Hutchison, et – depuis mardi – auprès de l’Union européenne, Gordon Sondland.

Le fait qu’aucun ministre belge ne soit présent – le Premier ministre Charles Michel, par exemple, avait réservé sa soirée pour suivre sur grand écran, depuis Braine-le-Comte, le fief des frères Eden et Thorgan Hazard, le match France-Belgique – résulte d’une demande américaine d’une arrivée “la plus administrative” possible, a confié cette source.

Le roi Philippe et le ministre de Affaires étrangères Didier Reynders se trouvaient pour leur part tous deux à Saint-Petersbourg pour suivre le match sur place. Le 11 juillet était aussi le jour de la Fête de la Communauté flamande, célébrée largement à Courtrai en présence de plusieurs ministres N-VA.

Dans la même veine de simplicité, aucun tapis rouge n’a été déroulé lors de la descente de M. Trump de l’avion présidentiel, le Boeing 747 “Air Force One” qui amenait le locataire de la Maison Blanche à Bruxelles.

Source : Belga

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire