UFDG : comme Thiâ’nguel, Madic 100 frontière aussi abandonne…

Print Friendly, PDF & Email

La prison et l’exil façonnent l’homme, dit un ancien prisonnier. Mamadi Condé Madic100 frontière, l’un des plus virulents activistes de l’UFDG sur les réseaux sociaux contre le pouvoir de Conakry a déposé les armes. Il l’a décidé hier depuis le Canada.

Récemment gracié par le chef de l’État après huit mois de détention, le désormais ex-fédéral du parti de Cellou au Québec a décidé de tirer un trait sur ses activités politiques.

Comme Souleymane Thià’nguel Bah, responsable de la Cellule de com de l’UFDG, Madic qui jure fidélité à Cellou et Halimatou Dalein décide d’abandonner la politique et de se consacrer à sa famille et à autre chose.

L’ex-pensionnaire de la Maison centrale de Conakry a informé dans une vidéo sur sa page Facebook, devenue virale sur la toile, qu’il ne peut jamais adhérer au RPG Arc-en-ciel pour cause de loyauté. A l’en croire, il a une dignité, une conviction et une loyauté à revendiquer.

“(…) C’est moi qui ai décidé de faire un combat pour la Guinée. J’ai promis à Elhadj Cellou Dalein Diallo et Hadja Halimatou que je les aime du fond du cœur qui n’a rien à voir avec la politique. Et ma parole, je vais la respecter. Et cette parole qui m’a poussé à venir en Guinée, sur le terrain. Madic est né et grandi dans une famille pauvre. Pour moi, la pauvreté n’est pas un handicap et mourir dans la pauvreté n’est pas un échec, peut-être c’est mon destin. M. le Président de la République, je préfère vivre dans cette pauvreté que de vous prendre l’argent, tout ce que le RPG peut me donner aujourd’hui pour combattre Elhadj Cellou Dalein et mourir sans la conscience tranquille », a fait noter M. Condé qui a tressé des couronnes à Hadja Halimatou Dalein Diallo pour toute l’attention à son égard.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.