Un ex-député se donne la mort dans l’enceinte du Parlement au Malawi

Print Friendly, PDF & Email

Un ancien législateur de haut rang du Malawi s’est suicidé jeudi après-midi dans l’enceinte du palais du parlement.

Clement Chiwaya, 50 ans, ancien deuxième vice-président du Parlement, s’est tiré une balle dans la tête avec un pistolet à l’intérieur de l’Assemblée nationale. Les détails sur ce qui a conduit l’ancien élu à se suicider restent vagues.

Le Parlement a déclaré dans un communiqué que le public serait informé en temps utile, car les services de police du Malawi enquêtent sur l’incident.

Lorsqu’il était en fonction, M. Chiwaya représentait le Front démocratique uni, parti d’opposition.

Lenteurs administratives

Selon une déclaration du Parlement, l’ancien député s’était rendu au palais de l’Assemblée pour régler un contentieux administratif lié à un véhicule qu’il avait acheté du Parlement lorsqu’il était encore l’un des dirigeants.

Lorsque le véhicule lui avait été remis, les documents tels que la carte grise étaient encore au nom du gouvernement du Malawi. Malheureusement la voiture est impliquée dans un accident quelque temps plus tard et c’est là qu’il apprend que l’assurance tous risques du Parlement avait expiré.

M. Chiwaya saisit le bureau du médiateur du gouvernement et explique la situation. Le médiateur rend une décision en sa faveur, mais la Haute Cour du Malawi annule par la suite cette décision.

La mort de l’ex-député a choqué plus d’un et de nombreux Malawites se demandent comment une arme à feu a pu être apportée dans l’enceinte du palais du Parlement.

Normes sécuritaires en question

« Pour moi, je dirais qu’il y a une négligence sur la façon dont la sécurité doit être assurée dans les lieux à haut risque comme le Parlement. C’est un signal d’alarme dans la gestion de la sécurité », s’est alarmé Sheriff Kaisi, un expert en sécurité basé à Blantyre.

Les services de sécurité du Parlement se défendent, expliquant que M. Chiwaya se déplaçait en fauteuil roulant depuis plusieurs années. Donc même si à l’arrivée il avait déclenché les détecteurs de métaux, les gardes ont interprété cette alarme comme provenant du fauteuil roulant.

AFP

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.