Un ex-ministre de Gbagbo et proche d’Alpha Condé ‘’chiffonne’’ la Constitution : ‘’elle souffre de deux handicaps congénitaux’’

Print Friendly, PDF & Email

Ahoua Don Mello fait partie désormais de la galaxie présidentielle guinéenne depuis la fin de son exil après le renversement du régime de Laurent Gbagbo.

Ex-porte-parole du gouvernement ivoirien et ministre de l`équipement et de l`assainissement, Ahoua Don Mello, interrogé par le quotidien Aujourd’hui si Alpha Condé veut un 3è mandat a fait le procès de la Constitution de 2010.

« J’ai un devoir de réserve sur le plan politique. Ce que je peux dire, c’est que, ce qui est à l’ordre du jour ce sont les élections législatives et un débat sur la constitution qui a gagné en ampleur ces jours-ci et qui couve depuis la période de la transition de 2010 parce qu’elle souffre de deux handicaps congénitaux. Ses rédacteurs n’avaient pas de mandat du peuple et le projet de constitution n’a pas été adopté par référendum mais par la commission nationale de transition », lâche-t-il. Ajoutant que « certains réclament donc une constitution ayant l’onction du peuple souverain de Guinée lequel possède une solide culture du référendum et d’autres souhaitent le maintien de la constitution de 2010 malgré ses handicaps. L’issue de ce débat est le défi à relever pour bâtir la démocratie Guinéenne sur le socle de sa souveraineté afin de relever le défi du développement. »
Poursuivant, ce désormais proche d’Alpha Condé que « depuis les élections imparfaites de 2010 et 2015, la crise ebola a contrecarré la construction de la démocratie entre 2010 et 2015, la classe politique guinéenne a ainsi consacré le deuxième mandat du président Alpha Condé à rechercher un consensus sur la commission électorale, le découpage électoral, la liste électorale avant de redémarrer les élections par les élections municipales en 2018 et cette classe politique s’apprête à réaliser les élections législatives début 2020. »
« Pour le moment, le professeur Alpha Condé ne s’est pas encore prononcé sur un quelconque troisième mandat. Cela alimente évidemment la polémique sur un éventuel troisième mandat. En tout état de cause, le peuple souverain de Guinée saura choisir son destin démocratique », conclut ce conseiller du président Condé et promoteur du nationalisme économique ivoirien.

Noumoukè S.

 

1 Commentaire
  1. Balde boubacar 11 mois il y a
    Repondre

    Reste en cote d’ivoire et laisse la Guinée aux guinéens .
    MIND YOU OWN FUCKING BUSINESS.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.