Un jeune a t-il levé la main sur le gouverneur Mathurin à la Sig ? Un journaliste témoigne…

Print Friendly, PDF & Email

Une bien curieuse information a circulé hier sur une prétendue altercation entre le gouverneur de la ville de Conakry le général Mathurin Bangoura et un jeune autour de la démolition des emprises physiques à la Sig Madina, fief du pouvoir. Malick Marcel Bangoura, journaliste-professionnel- qui dit être à 1 cm du patron de la ville de Conakry au moment des faits est revenu en détails sur ce qui s’est réellement passé…

Voici exactement ce qui s’est passé. Il y a une erreur dans le traitement de l’info concernant le Gal Mathurin hier à la SIG Madina, j’y étais à 1 cm de l’action. Récit et images par étape!

L’opération devrait démarrer au niveau des kiosques érigés vers la station TOTAL située sous le pont qui relie la Sig Madina à l’UGANC. Comme il fallait enlever les deux véhicules garés devant le parc auto près de la dite station-service, une grue a été sollicitée et pendant ce temps les tenanciers des kiosques et autres magasins de vente des occasions européennes (vélo de sport et autres) s’activaient à sortir leur marchandise. Ainsi pour gagner en temps, le ministre de la ville ordonna à ce que la seconde machine en position près du pont de Madina non loin d’une banque privée entame l’opération. Les premiers encombrants à s’écrouler sous le poids des bulldozers ont été les petits conteneurs et kiosques le long de l’école primaire de la Cité. La machine s’avança et chaque fois le ministre tiens à s’assurer si des gens ne sont dans leur commerce devant être démoli pour éviter le pire comme il en a été évité de justesse avec un monsieur sorti en trombe de son petit kiosque alors qu’il cherchait à sauver quelques marchandises. Nous étions en face de l’école dont la bretelle d’à gauche. Un premier mur s’écroule, c’est au niveau du second que les cris commencent. Pourquoi? Parce que tout simplement les gens avaient monté déjà de nouveaux murs en respect de la nouvelle délimitation donc la casse de l’ancien mur se posait avec risque. C’est dans ce tohu-bohu que le ministre Ibrahima Kourouma a demandé de sursoir à l’opération jusqu’à 16h voir 6 heures du matin ce jeudi le temps pour les derniers pessimistes de libérer leur magasin et de faire tomber par eux-mêmes l’ancien mur, selon le cas. C’est ainsi que le gouverneur a réagi en attirant l’attention du ministre et un représentant du quartier que c’est sciemment fait pour empêcher l’opération. Paffff, le monsieur qui semble faire la vedette sans l’être a commencé à s’agiter dans les yeux du gouverneur, j’insiste dans les yeux du gouverneur, en répétant plusieurs fois “Non monsieur le gouverneur, non monsieur le gouverneur… (je ne peux quantifier)”. Sans ordonner, le monsieur qui cherchait à s’éloigner après ses agissements a été manu-militari récupéré, je dirai même comme un malfrat propre pour être monté dans un pick-up de la police. Quant à l’opération elle venait alors de s’estomper. C’est la un monsieur visiblement est venu prendre les pieds de Mathurin pour lui demander de libérer leur ami. Aussitôt demandé, aussitôt accepté et le gouverneur ordonna qu’il soit relaxé tout en jurant qu’il allait le déférer. Le commandant lui a fait comprendre que le monsieur a été déjà éconduit dans une gendarmerie et Mathurin a instruit à ce qu’on aille le sortir et le ramener.

La suite a été l’étape des interviews avant le départ des lieux du ministre et du gouverneur. Sous mes yeux. Donc pas même égratigner le gouverneur à plus forte raison toucher son Lacoste

Quant à l’opération elle avait effectivement démarré côté autoroute fidel Castro et se poursuivait jusqu’au moment où je quittais les lieux. Donnons-nous la bonne information vivant. Si je raconte des bêtises qu’on nous sorte une vidéo parce que toutes les caméras étaient en cours (Djoma TV, Évasion…)

Malick Marcel ibn Souké

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.