Un père accusé d’avoir enceinté sa fille adoptive : ‘’il a nié, mais avec l’arrivée du médecin, il était obligé de passer à l’aveu’’ (Commissaire)

Print Friendly, PDF & Email

L’Office de Protection du Genre, de l’Enfance et des Mœurs (OPROGEM) a procédé à la présentation ce lundi, 7 juin 2021 d’un présumé pédophile. Le mis en cause du nom de Laye Sékou Condé aurait entretenu des rapports sexuels et enceinté sa fille adoptive avant de la faire avorter. Les faits se sont produits à Kipé, dans la commune de Ratoma.

Selon le commissaire Ibrahima Arifack, il a tout d’abord nié être l’auteur de la grossesse avortée. « Quand nous avons reçu l’information, nous nous sommes rendus sur les lieux et nous avons eu à auditionner la personne. Dans son audition, nous avons pu faire venir la victime, et de l’audience de la victime, nous avons eu plus de détails sur ce cas d’inceste. Au-delà de l’inceste, il y a eu cas d’avortement. Donc de l’audition de la fille, nous avons pu interpeller le médecin qui a eu à faire l’avortement sur la fille. Toutes les parties sont passées aux aveux, pour un premier temps, le père n’avait pas reconnu avoir eu des relations intimes avec la fille. Il a nié à bloc, mais avec l’arrivée du médecin, il était obligé de passer à l’aveu. Il reconnaît avoir eu des relations intimes avec cette fille, mais il ne reconnaît pas avoir enceinté la fille. Et que ses relations intimes avec la fille, ont commencé après l’avortement », a expliqué le commissaire qui ajoute plus loin que « la fille dans sa déclaration dit qu’elle avait été enceintée par son père », a ajouté le commissaire. 

A en croire les propos du mis en cause, ce serait plutôt un jeune qui aurait enceinté la jeune fille. « C’est la fille de mon grand, mais elle a grandi avec moi. C’est un petit qui l’a enceinté. Sa mère l’avait appelé pour qu’elle aille au village parce qu’elle est canaille, je lui ai dit non parce que je ne veux pas qu’elle aille se marier au village. Alors sa mère m’a dit de veiller sur elle car elle ne veut pas qu’il lui arrive quelque chose. Lorsque le petit l’a enceinté je suis allé lui faire avorter de la grossesse pour ne pas que sa mère l’apprenne vu qu’elle m’avait prévenue. Quelques temps après je me suis disputé avec une personne de mon quartier et cette personne qui a remué cette affaire en m’accusant d’avoir enceinté la fille », a raconté monsieur Laye Sékou Condé avant d’admettre « Oui nous avons eu des rapports ensemble trois fois mais c’était après son avortement. Ce n’est pas ma propre fille, moi je l’ai juste élevé. C’est la fille d’un frère dans la famille mais ce n’est pas non plus mon frère de même père ni de même mère ».

Alors que l’accusé nie être l’auteur de la grossesse de la jeune fille, le médecin qui a effectué l’avortement en la personne de Dr Touré Lansana affirme lui avoir entendu les aveux du père avant qu’il ne procède à l’avortement

« Je lui ai demandé ce jour-là de payer la somme de un million, il a dit qu’il ne peut pas payer un million sauf 500 000 fg. La fille même avait pleuré en me demandant de les aider. C’est ainsi que j’ai procédé à l’acte », a déclaré le médecin.

Maciré Camara                                                   

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.