Une délégation malienne à Kankan, ce lundi, après les affrontements entre orpailleurs des deux pays

Print Friendly, PDF & Email

Une délégation malienne, avec à sa tête le ministre de l’Administration territoriale Tiéman Hubert Coulibay, se rendra lundi à Kankan en Guinée pour discuter avec les autorités guinéennes suite aux affrontements meurtriers des 25 et 26 novembre à Niaouleni, non loin de la frontière guinéenne, a appris vendredi APA de source officielle.

Les ministres de l’Administration territoriale et son homologue de la Sécurité étaient face à la presse ce vendredi.

Ils ont annoncé à cette occasion l’ouverture d’une enquête pour éclaircir les circonstances dans lesquelles se sont déroulés ces affrontements les 25 et 26 novembre.

Le bilan côté malien est de 4 gendarmes tués, 2 civils abattus et un autre porté disparu, a indiqué le général Salif Traoré, ministre de la Sécurité.

Quant à son homologue de l’Administration territoriale, Tiéman Hubert Coulibaly, il annoncé sa mission lundi en Guinée au sujet de ces affrontements.

« Je vais rencontrer mon homologue guinéen le lundi avec une délégation qui va être composée de cadres du ministère de l’Administration territoriale. J’ai demandé à mon collègue de joindre une équipe du ministère de la Sécurité à cette mission. Nous allons nous parler à Kankan afin, sur le plan politique administratif, de donner des instructions pour que le calme revienne et manière durable » a déclaré Tiéman Hubert Coulibaly.

Pour le ministre de l’Administration territoriale, cette visite aura deux objectifs dont le premier est d’accélérer la délimitation des frontières, qui permettra d’éviter de tels heurts à l’avenir.

« Depuis plusieurs années, nous avons ces difficultés-là dans ces zones. Tracer les frontières, mettre les bornes, faire les démarcations permet de mieux gérer sur le plan administratif la coopération transfrontalière. Avec la Guinée, nous sommes très avancés. Nous pouvons donner des assurances sur ce plan-là, nous allons essayer de travailler très rapidement. »

Tiéman Hubert Coulibaly a ajouté que le second objectif de sa visite est d’instaurer un cadre de dialogue régulier entre les deux pays sur la question.

« Les intérêts économiques de part et d’autre de nos frontières nécessitent que les deux Etats se parlent régulièrement pour éviter ce genre de situation. C’est ce que nous allons faire. Je suis convaincu que nous allons avoir d’autres séries de rencontres et peut-être nous déplacer sur ces lieux-là où résident ces enjeux économiques et sécuritaires, parler aux populations » a déclaré le ministre Coulibaly.

Les deux ministres maliens ont reconnu que les frontières entre les deux pays ne sont pas matériellement délimitées, mais ont persisté et signé en affirmant que tous les évènements (affrontements) se sont déroulés en territoire malien.

Donc pour eux ce sont des chasseurs traditionnels guinéens qui ont franchi la frontière pour venir saccager le village de Niaouleni et tués deux civils.

D’après leur version des faits, suite à ce premier incident lundi 25 novembre, un renfort de l’armée malienne a été dépêché sur place le mardi 26 novembre. Ce renfort est tombé dans une embuscade tendue par ces mêmes chasseurs guinéens.

Les deux ministres maliens ont indiqué qu’il y a eu beaucoup de morts côté guinéen.

APA

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.