Une réplique du Ballon d’or remise à la légende Chérif Souleymane : ‘’je suis ému’’

Print Friendly, PDF & Email

18 décembre 1977, 18 décembre 2020. Cela fait 43 ans que le club légendaire du Hafia FC 77 remportait son troisième trophée en coupe des clubs champions d’Afrique, après 1972 et 1975.

À l’occasion de ce 43ème anniversaire, le Guinéen Paul Théa, journaliste-réalisateur, vivant aux Etats Unis, au nom de la jeunesse guinéenne, a donné vendredi, une réplique du ballon d’or (africain) à Elhadj Chérif Souleymane Camara, directeur technique nationale, l’unique ballon d’or guinéen, pour ses efforts consentis dans le parcours historique du club mythique du Hafia FC 77, premier triplé champion d’Afrique des clubs (1972-1975-1977). C’était dans la salle de l’Académie du Comité national olympique et sportif guinéen, en présence des responsables du Ministère des Sports, de la Fédération Guinéenne de Football, des gloires du Hafia 77 et d’un membre du Comité d’organisation.

Lors de cette distinction, le représentant du donateur Paul Théa, Abdoulaye Nasser Ly de souligner : ‘’l’idée est venue de Monsieur Paul Théa qui avait déjà réalisé un film sur le Hafia FC 77. Sur ce, il a eu l’initiative il y a trois mois environ pour lancer une cagnotte et cette cagnotte devrait permettre d’honorer un digne fils de la Guinée. Les Guinéens de part et d’autre, de la France, des Etats-Unis et de la Guinée ont cotisé pour honorer Cherif Souleymane Camara à travers ce ballon d’or.

Le récipiendaire, Elhadj Chérif Souleymane Camara (76 ans), visiblement très ému par l’acte, de préciser : « Je suis très sincèrement surpris et ému, je me n’attendais pas à cet événement. Mais, qu’à cela ne tienne, je tiens d’abord à remercier les organisateurs de cette cérémonie, ensuite remercier les autorités guinéennes, remercier aussi le peuple de Guinée et naturellement mes vaillants camarades qui ont fait cette conquête avec moi. Mes pensées vont d’abord à nos illustres disparus qui ont rejoint le monde des cieux. Si j’ai eu le ballon d’or c’est parce que j’étais dans un environnement qui m’a adopté, qui m’a encouragé. Je suis dans le coup de l’émotion car je me n’attendais pas à ça, mais il faut remercier aussi tous nos encadreurs et particulièrement la presse sportive. Sur ce, vraiment je tiens à remercier le département en charge des sports, les organisateurs de cet événement, nos encadreurs, tous nos amis qui nous ont accompagnés tout le début de notre parcours ».

Mamadou Kalidou Diallo

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.