Union africaine : Alpha Condé évoque les succès et regrets de sa Présidence

Print Friendly, PDF & Email

C’est un président de l’Union africaine sortant apparemment très à l’aise qui a livré ce dimanche 28 janvier son discours de fin de mandat devant ses pairs du continent à l’occasion de la 30è session ordinaire de la conférence de l’Union.

Comme à ses habitudes, le président guinéen Alpha Condé, dans son habit de panafricaniste convaincu a, devant le pupitre, remercié ses homologues qui ont bien voulu “me confier la présidence de notre organisation continentale”.

“Dans l’accomplissement de mon mandat, je me suis efforcé, malgré les limites, à essayer d’imprimer une nouvelle dynamique pouvant nous nous permettre de passer de la rhétorique à l’action, des promesses aux résultats tangibles. J’ai pu ainsi me rendre compte de l’impératif pour nous, de rester unis et solidaires en parlant d’une même voix et en agissant de concert, pour une meilleure gestion de nos préoccupations”, a dit le président sortant de l’Union africaine.

Poursuivant, Alpha Condé a parlé brièvement de sa mission à la tête de la plus prestigieuse institution africaine.

“J’ai sillonné le monde pour participer aux multiples fora où il fallait clamer et défendre nos idéaux. (…) Nous avons effectué un parcours certes appréciable, mais qui n’est qu’une petite étape du long et complexe parcours nécessaire pour le développement de notre continent qui peine à émerger et à prendre son destin en charge, en vue de faire profiter à ses populations les bénéfices des immenses ressources de toutes natures dont notre continent regorge, et juguler la pauvreté, l’ignorance, l’analphabétisme, le chômage des jeunes, l’immigration, les conflits armés, le terrorisme et tous les maux qui gangrènent nos sociétés”, martèle-t-il.

Plus loin, il a évoqué le délicat mécanisme de financement de l’UA, une institution qui reste largement dépendante de l’aide extérieure (plus de 70% selon des experts). Cette réforme, dont le champion est le désormais président en exercice de l’Union africaine Paul Kagame, a du mal à passer comme lettre à la poste au niveau de certaines nations.

Pour ainsi gagner la bataille, Alpha Condé a invité les Etats encore réfractaires à la décision à trouver un consensus autour de toutes les questions.

“En ce qui concerne la décision relative au nouveau mécanisme de financement de notre Union, il est indispensable de poursuivre sa mise en oeuvre car c’est le moyen le plus sur pour nous de résorber le déficit budgétaire chronique de notre organisation. A ce jour, une vingtaine d’Etats ont commencé à appliquer cette mesure , ce qui constitue un motif de satisfaction et d’espoir; en votre nom, je leur adresse mes sincères félicitations et exhorte ceux qui ne sont pas encore engagés à travailler avec le Comité des Ministres de l’Economie et des Finances pour aplanir les divergences de tous genres, liés à la mise en oeuvre du prélèvement. Je comprends également les préoccupations exprimées par certains qui sont légitimes. Cependant, je les encourage à travailler avec l’unité de reforme pour trouver un consensus autour de toutes les questions. C’est là aucun doute, l’une des meilleures expressions de la solidarité que nous avons érigée en l’une de nos valeurs partagées la plus sacrée”, rappelle le président guinéen.

“Ce n’est que par ce biais que nous réussirons à sortir de de la dépendance vis-à-vis de l’extérieur et nous positionner aussi en partenaire fiable et crédible, du moins à la réduire considérablement tout en maintenant avec nos partenaires traditionnels, les relations de confiance mutuelle que nous avons tissées au il des ans”, insiste-t-il non sans appeler les dirigeants du continent à taire les armes en Afrique d’ici 2020.

Mamadou Savané, depuis le siège de l’Union Africaine, à Addis-Abeba

envoyé spécial

+251904637212

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.