Université de N’zérékoré : vers la suppression des options sciences sociales

Print Friendly, PDF & Email

En 2016, le centre universitaire de N’zérékoré érigé en université, situé dans la commune urbaine de N’zérékoré, principale agglomération de la région forestière recevait les premiers étudiants dans les départements de  sociologie de géographie, et d’anglais. Alors que les départements d’histoire et de philosophie étaient à l’attente.

Une décision du Ministère de l’Enseignement Supérieur qui avait été vivement accueillie  par les citoyens, mais aussi les bacheliers qui voulaient rester auprès de leurs familles.

Ahmed Camara, bachelier de cette année s’est dit surpris de ne pas voir les options des sciences sociales sur la plate d’orientation.

« Franchement, je voulais faire l’université ici. Les parents n’ont pas de moyens, voilà comment c’est compliqué pour moi. Même le transport, les parents n’ont pas au moment où je vous parle. Le Ministère ne devrait pas prendre une telle décision, car la forêt est vaste et c’est la seule université. Il est alors difficile que les sciences sociales soient supprimées ici. Je les demande de revoir cette décision », plaide ce nouveau bachelier.

Même réaction chez Hélène Zogbélémou qui rêvait faire l’option géographie à l’université de N’zérékoré. « C’était une bonne nouvelle lorsque les départements des sciences sociales ont été crées ici. Je faisais le collège en ce moment, mais on a beaucoup aimé. Resté auprès des parents, était mon souhait. Moi par exemple, mon papa est décédé, je suis la seule auprès de ma mère pour l’aider dans son petit commerce. Kankan où Conakry, j’aime bien faire les études universitaires là-bas, mais  ma mère n’a pas  de moyens. Que le gouvernement pense à cet aspect », dira de son côté cette jeune fille.

Kanvaly kourouma, est père d’un bachelier et il se dit également touché par cette décision. « Mon enfant a eu le baccalauréat. J’étais très content. Mais lors des orientations, il est venu me dire que les options sciences sociales à l’université de N’zérékoré ne sont pas sur la plate forme. Cette nouvelle m’a mis mal à l’aise. Parce que je sais que la conjoncture n’est pas bonne. Nous aussi, comme les autres régions, notre souhait, c’est de voir nos enfants auprès de nous.  Il n’est pas tard. Que les autorités reviennent sur leur décision », souhaite Monsieur Kourouma, enseignant à la retraite.

Sur la question, les autorités universitaires qui n’ont pas voulu commenter cette situation, indiquent  ne pas en savoir trop sur le sujet.

A noter que les dernières promotions de ce temple de savoir dans les options sciences sociales ont bouclé leur cycle l’année dernière.

Amara Souza Soumaoro, Correspondant à N’zérékoré

+224 621 94 17 77

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.