Vaccination anti-covid 19, quel pédagogie adoptée ? (Par A. Nainy Bérété)

Print Friendly, PDF & Email

En ce jour, je reçois  ma première dose de vaccin anti-covid. Cette vaccination je l’ai fait par OBLIGATION que par CONVICTION !

Je précise d’entrée que je ne suis pas anti-vaccin,même si l’on a le droit légitime d’avoir des réserves sur des vaccins ayant connu le plus rapide processus d’homologation, contexte sanitaire mondial obligeant. Je ne suis pas complotiste non plus car je fais confiance à la science qui grâce à elle, permet à l’humanité de faire d’énormes progrès dans le domaine de la santé.

Cependant dans la politique mondiale de vaccination actuelle, deux choses me gênent indubitablement :

Primo, l’inégalité d’accès aux vaccins entre les pays.

En prenant cette dose aujourd’hui, moi jeune avec une immunité plus importante, j’ai le sentiment qu’une personne fragile quelque part dans le monde aurait pu bénéficier de cette dose.

Dans l’accès aux vaccins, les pays les plus riches se sont taillés la part du lion et ont pour la plupart signé des causes d’exclusivité ou de priorité dans la livraison et l’accès aux vaccins. Ce qui fait aujourd’hui que dans la plupart de ces pays, au moins 50% des populations ont reçu une première dose dont une partie importante pour les personnes âgées et celles atteientes de comorbité contre moins de 10% pour les pays en développement.

Cette inégalité d’accès n’est pas tant dans les moyens financiers pour se les procurer que dans la volonté des plus “Grands” pays de mettre d’abord à l’abri leurs populations. C’est de bonne guerre pourrait-on le dire, mais c’est une logique contraire aux recommandations de l’organisation mondiale de la santé qui préconise en priorité la vaccination des plus fragiles (les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques).

J’en veux pour exemple, la Guinée qui a commandé 5 millions de doses du vaccin Jansen depuis plusieurs mois, jusqu’à présent cette commande n’est pas exécutée parce tout simplement les plus forts ont décidé de faire de la préférence nationale. S’il y avait eu une égalité d’accès aux vaccins, ces milliers de morts en Inde ou encore maintenant en Tunisie avec la saturation des hôpitaux et des morts à la clé auraient pu être évitées.

La vaccination comme l’a préconisé l’OMS doit d’abord concerner les personnes les plus vulnérables.

Deuxio, l’obligation vaccinale à laquelle nous tendons est une direction contraire  à l’objectif recherché (vaccination massive) mais qui viole également nos libertés individuelles dont celle de se faire vacciner ou non. La santé doit rester dans l’ordre de la décision personnelle. Le fait est que réserver certains espaces publics ou encore l’accès à certains services publics soumis à la présentation d’un pass sanitaire me paraît totalement attentatoire aux libertés.

Les États devraient s’atteler à une campagne de vaccination destinée à convaincre les gens, à faire dans la pédagogie que dans les menaces et le chantage. Eh oui car c’est de s’agit qu’il s’agit (chantage) ni plus ou moins. Pousser les gens à faire un choix entre se faire vacciner pour vivre et ne pas se faire vacciner pour être mis au banc.

Le choix annoncé de L’ANSS d’interdire l’accès à l’intérieur du pays aux personnes voyageant à l’ intérieur du pays est une menace contre la liberté d’aller et venir. Il faut plutôt faire dans la pédagogie et dans la communication dans toutes les langues nationales, comme ils le font d’ailleurs en ce moment. S’aventurer dans cette direction me paraît totalement disproportionnée.

Pour la vaccination, faisons dans la pédagogie pour faire dans le principe du LIBRE-ARBITRE VACCINAL et non dans les menaces et chantages.

Alexandre Naïny BERETE juriste analyste depuis Nantes

2 Commentaires
  1. Sylla 2 mois il y a
    Repondre

    Ne prennez point ces vaccins de la mort. Ce vaccin-poison est une menace mortelle. Ne te vaccine pas.

  2. Sylla 2 mois il y a
    Repondre

    Ce sont des francs maçons,des satanistes qui veulent controller l’humanité. Dieu va les tuer tous.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.