Récupération des domaines de l’Etat : Forécariah, prochaine cible des nouvelles autorités

Après les étapes de la cité ministérielle, Camayenne et Cameroun, la direction du Patrimoine Bâti Public prendrait les jours à venir, une autre direction. En conférence de presse conjointe ce mercredi 18 janvier avec le Directeur général du Patrimoine Bâti Public, Me Mohamed Sampil, agent judiciaire de l’Etat a fait mention du cas des parcelles de Forécariah, réservées pour la  construction du nouvel aéroport. Parcelles que des citoyens ont commencé à spolier. Toujours proche lors des opérations de récupération, cet homme de droit n’a pas manqué d’avertissements.

« Je profite de cette occasion pour lancer un appel aux spéculateurs fonciers du côté de Forécariah, Maférinyah et sur le site de Salguidia. Nous avons des informations dignes de foi et suffisamment concordantes qu’actuellement, certains spéculateurs fonciers sont en train de vendre une bonne partie du site du futur aéroport international de Maférinyah et du domaine agricole de Salguidia. Je demande à tous nos compatriotes qui sont enclins à acheter des parcelles là-bas ou qui les ont achetés de renoncer. Parce que personne ne sera installé là-bas, c’est un domaine public de l’Etat et ce domaine servira au besoin de modernisation de notre pays et l’agrobusiness », a mentionné maître Mohamed Sampil.

Indiquant plus loin que ces opérations de récupération du patrimoine immobilier spolié de l’Etat ne sont dirigées contre personne. Maître Sampil a donc invité tous ceux qui s’érigent en coutumiers ou propriétaires coutumiers et ceux qui sont en train d’acheter ces parcelles, d’abandonner ce projet.

« Ce sont des opérations d’utilité publique. Et, depuis l’entrée en vigueur du Code foncier et domanial en République de Guinée, il n’y a plus de coutumier en République de Guinée. Le domaine du foncier est régi par le Code foncier domanial de la République de Guinée. Donc, que les citoyens évitent d’acheter des parcelles entre les mains de ceux qui n’en ont pas propriétaires », a-t-il prévenu. 

Robert Koundouno et Youssouf Keita

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.