Vente et consommation de la chicha, à N’Zérékoré : l’inspecteur régional du commerce menace de sévir…

Print Friendly, PDF & Email

Alors que le gouvernement guinéen a interdit la vente et la consommation de la Chicha dans le pays, certains tenanciers de lieux de loisirs à N’Zérékoré semblent faire la sourde oreille et continuent de vendre ce produit déjà prohibé. Une situation qui a irrité la colère de l’inspecteur régional du commerce qui demande la collaboration des citoyens pour dénicher ces coins afin de mettre aux arrêts les réfractaires.

« On n’a pas découvert d’abord le coin où on peut trouver la chicha. Même hier, j’ai une équipe au niveau du contrôle de qualité qui s’occupe des denrées alimentaires, a sillonné toute la ville. Mais on a les difficultés d’abord de découvrir. C’est pour cette raison que je demande à tout un chacun de nous aider parce que c’est l’information qui peut faire fonctionner le service.

Depuis le premier jour jusqu’à maintenant on est sur le terrain. Ceux-là qui sont dans cette affaire, ce ne sont pas des gens qui ont commencé aujourd’hui. Ils ont des relations ramifiées. Donc pour combattre, ce n’est pas facile. C’est pour cette raison que je demande l’aide de la population de nous faire remonter partout où ça se trouve on est prêt à réagir », lance-t-il.

Plus loin, il compte débarquer les missions d’inspections dans les lieux de loisirs.

« A partir d’aujourd’hui même je vais déployer mes agents dans ces lieux de loisirs pour pouvoir faire le travail. Parce que nous, on n’est pas là pour faire du mal à quelqu’un. Mais la réalité c’est que c’est un travail qu’on nous a confié. Et nous voyons la portée, l’inconvénient par rapport à la jeunesse », a indiqué Oua Dopavogui.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’Zérékoré

Tel: 621 94 17 77.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.