Vers la création de l’Union pour la Révolution Démocratique Africaine (URDA) : PDG-RDA et SADI signent un protocole d’accord à Conakry

Print Friendly, PDF & Email

Signature mardi 27 mars dernier d’un protocole d’accord entre le parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) du Malien Oumar Mariko et le Parti Démocratique de Guinée (PDG-RDA) pour décider de la création d’une plateforme panafricaine de lutte politique dénommée ‘’Union pour la Révolution Démocratique Africaine’’. Ceci vise à approfondir  leurs relations pour former un front de lutte avec l’espoir que d’autres partis africains se joindront à eux.

Après avoir commémoré avec le PDG-RDA, dans la communion et le recueillement, le 34ème  anniversaire de la disparition physique de Camarade-président Ahmed Sékou Touré et le 27ème anniversaire du triomphe de l’insurrection populaire du 26 mars 1991, qui avait fait 230 morts et des centaines de blessés au Mali, ces deux partis se sont retrouvés pour montrer leur fidélité à l’héritage politique et idéologique des pères de l’indépendance du continent.

Au regard de la situation politique internationale, ces forces démocratiques et progressistes africaines font face au défi de la consolidation et de l’approfondissement de leur souveraineté.

L’honnorable Oumar Mariko, président du bureau politique du parti SADI, affirme qu’ils se confient aux peuples respectifs de Guinée et du Mali ainsi qu’à tous ceux qui se battent pour la dignité, l’honneur et la liberté des peuples africains. «Nous implorons Dieu et nos ancêtres de faire en sorte que ce jour solennel soit gravé à jamais dans l’histoire collective des peuples africains et de tous les peuples combattants à travers le monde. Nous nous confions à nos peuples respectifs et à tous ceux qui se battent pour la dignité, qui se battent pour l’honneur, qui se battent pour la liberté de nos peuples», dit-il, avant de livrer ce message qui, selon lui, est honteux des sociétés civiles et de certains partis politiques. « ‘’Aidez nous’’! ‘’Aidez nous’’ est devenu le cri de coeur et de guerre des dirigeants africains, de certains jeunes et femmes africaines à l’endroit des anciens colonisateurs et d’autres nations plus fortes. ‘’Faites quelque chose pour nous’’, ‘’Ne nous abandonnez pas’’, sont des propos honteux et malheureux tenus par les sociétés civiles, certains partis politiques et d’autres personnalités politiques africaines à l’endroit des grandes nations et des ex-puissances colonisatrices. ‘’La France doit faire ceci pour nous’’, ‘’les États-Unis doivent faire cela pour nous’’, des propos irresponsables tenus par des gens qui pèsent hélas sur les consciences populaires »

«Le Mali est aujourd’hui hélas traversé par une crise profonde d’ethnocentrisme qui oppose les communautés entre elles, une crise qui serait provoquée par les dirigeants africains à la solde de l’impérialisme».

Pour la symbolique, deux statuettes de buffle et d’hippopotame représentant le Mali de Soundjata et le Mali d’aujourd’hui ont été offertes au sécrétaire général du PDG-RDA, ainsi qu’un boubou traditionnel mandingue, un chapeau peulh et une paire de chaussures touaregue. «Le président Ahmed Sékou Touré, responsable suprême de la revolution, stratège et fidèle serviteur du peuple africain disait que la Guinée et le Mali étaient les deux poumons d’un même corps. Nous sommes les deux poumons c’est vrai, mais le corps c’est l’Afrique. Aujourd’hui nous mettons en place par la signature de l’acte de Conakry un programme qui se veut continuateur de l’oeuvre de nos dévanciers. C’est-à-dire la constitution de l’unité africaine effective, sur la base de la conscience renouvelée des peuples d’Afrique portée par la volonté déterminée de ces peuples. », a affirmé le camarade Mohamed Touré.

Maciré Soriba Camara

628 11 20 98

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.