Vers la destitution de Bah Oury à la tête de l’UDD : les mains de Damaro et Papa Koly ?

Print Friendly, PDF & Email

Bah Oury, président de l’Union pour la démocratie et le développement (UDD) revient au-devant de la scène. Le président-fondateur de son parti Jean Bienaimé Haba annonce que sa destitution n’est plus qu’une question de jours. Il accuse l’ancien ministre de la Réconciliation nationale d’égocentrisme, de communautarisme et gestion solitaire du parti.

Dans le camp de Bah Oury, l’acharnement contre le président du parti est à chercher ailleurs. Amadou Damaro Camara, président de l’Assemblée nationale et le ministre de l’Hydraulique Papa Koly Kourouma sont accusés d’être aux manettes. Bah Oury en personne l’a dit à nos confrères de RefletGuinée.

« Le vice-président Jean Bienaimé Haba est à la solde du pouvoir. Il est entre les mains de Damaro Camara et Papa Koly Kourouma et d’autres cadres du RPG qui sont en train de le pousser vers ce chemin. Mais nous nous sommes confiants », a réagi M. Bah avant de fermer son téléphone.

Du côté de Jean Bienaimé que nous avons eu au téléphone, Bah Oury manque d’arguments. « Ce que Bah Oury est en train de dire comme ça c’est une façon de me traiter de jeune manipulé. Je suis un jeune leader politique, de conviction, j’ai une vision pour pouvoir atteindre des objectifs qu’on s’est fixés pour le bonheur du peuple de Guinée. C’est ce qui a poussé à créer notre parti politique. Alors, nous nous avons estimé que Bah Oury avait été injustement rejeté par l’Ufdg, donc quand il nous a tendu la main, on l’a accepté à cœur ouvert sinon ce n’est pas sa place parce qu’il n’a pas été désigné pour être à la tête du parti par Assemblée générale ou congrès. C’est le caractère paternaliste qu’il a voulu nous imposer qu’on a refusé. Si aujourd’hui il dit que suis manipulé, les gens lui parleront de moi. Je suis un catholique convaincu. Je veux que dans ma démarche que je me sente respecté. Ce n’était pas possible avec Bah Oury. Il prend des décisions de façon unilatérale. Sans nous rendre compte”, regrette-t-il. Et d’ajouter:  “Bah Oury parle de Damaro [président de l’Assemblée nationale]. Damaro ne me connaît même pas. Dans la foule, il ne peut pas m’indexer, je jure sur la Sainte-Croix. Quant à Papa Koly Kourouma [ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement et leader de GRUP), il n’est associé ni de près ni de loin à cette décision du Bureau politique national de l’UDD. Papa Koly, il faut le rappeler fut un ancien leader à moi. Et à la création du parti Grup, je fus le 1er président national de la jeunesse. En politique, le mouvement est comme un flux, comme les vagues de la mer. Papa Koly et moi, finalement on ne s’est pas compris, on s’est quitté en queue de poisson. Mais cela n’a mis pas mis en cause notre fraternité. Alors si par divergence politique, idéologique, pourquoi lui Papa Koly va-t-il me manipuler ? On dirait que moi je ne rêve pas. Bah Oury n’est pas n’importe qui même si ça ne va plus entre nous. Tout le monde aimerait l’avoir de son côté. Pour quelle manipulation on a le débarquer ?” Avant d’inviter Bah Oury à ”dire la vérité et toute la vérité”. “Combien de gens sont venus nous réconcilier ? Je ne suis pas contre le Fndc mais contre la démarche de Bah Oury pour faire adhérer l’Udd au fndc », souligne M. Haba, économiste-gestionnaire d’entreprise de formation.

Mohamed Cissé

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!