Viol sur mineures : Moumini Bah condamné à 3 ans de prison ferme par le TPI de Labé

Print Friendly, PDF & Email

Le lundi 16 décembre dernier, un autre verdict est tombé au tribunal de première instance de Labé. Il s’agit du dossier de viol sur mineure dans lequel Mamadou Moumini Bah, âgé de 60 ans, marchand ambulant est inculpé depuis le 19 octobre dernier pour avoir violé Fatoumata Binta Diallo âgée de 12 ans, dans le quartier Daka 1.

Selon l’acte d’accusation, c’est le jeudi 17 octobre dernier que Mamadou Moumini a fait irruption à la maison familiale de la victime à l’absence de la mère de cette dernière. Il aurait mis un mouchoir dans sa boucher avant de la déflorée sous les coups du viol, tout en menacent de la jeune fille de mort si toute fois elle disait à ses parents.

Des déclarations rejetées par le prévenu qui dit avoir signé son procès-verbal sous menace des gendarmes, avant de déclarer qu’il a une dépression mentale qui l’empêche de mémoriser les évènements.

« Ce jours, la mère de la victime m’a appelé pour me dire que sa fille a commencé de faire de rapport et que c’est moi. Moi, je n’ai jamais fait ça dans ma vie. A la gendarmerie, on a fait signer quelque chose que j’ignore en me menaçant donc, je parlais du charabia. A la justice aussi, j’étais menotté lorsqu’on m’a amené pour m’interroger. Moi, j’ai une dépression, je ne mémorise pas les évènements », a-t-il fait savoir.

Quant à la mère de la victime, elle dira que c’est bel et bien Moumini qui a violé sa fille. « Au moment des faits, j’étais à Kalan. Lorsque je suis revenue, j’ai constaté que les démarches de ma fille avaient changé. Après interrogatoire, elle m’a dit que c’est Moumini qui a abusé d’elle, elle m’a même montré son slip entaché de sang. J’ai rencontré Moumini qui a reconnu les faits. C’est ainsi qu j’ai porté plainte contre lui », explique Dame Aïssatou.

Dans son réquisitoire, le ministre public représenté par Patrice Kama Koivogui qui avait interrogé l’incriminé lors des enquêtes préliminaires dira que tout ce qui peut prouver que Moumini est coupable, il dit l’avait oublié, mais il retient tous ce qui peut le blanchir. Poursuivant, il a demandé au président du tribunal de condamner l’accusé à 10 ans de prison ferme.

De son côté, l’avocat Me Alpha Mariame a eu du mal à défendre son client vu la comédie qu’il a joué à la barre et la négation dans laquelle il avait concentré sa réponse. Après délibéré, le président du tribunal, Laye Kourouma a condamné Mamadou Moumini Bah à  3 ans prison ferme et au paiement de 5 millions de francs guinéens d’amande au préjudice de la victime.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

+224 620 44 25 83

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.