Violation des dispositions sécuritaires : une soixantaine d’individus interpellés dans des boîtes de nuit, le week-end dernier

Print Friendly, PDF & Email

Malgré les instructions du gouvernement guinéen de fermer les bars, restaurans et autres lieux de loisirs afin de freiner la chaîne de contamination de la pandémie de Covid-19, ils sont encore nombreux ces citoyens qui s’évertuent à passer outre ces dispositions sécuritaires dans le but de se divertir. 

Dans une interview accordée à la presse lundi à son bureau, le porte-parole de la police nationale a fait le bilan des arrestations effectuées au cours de ces trois derniers jours dans des boîtes de nuit de la capitale. Selon le contrôleur général de police Boubacar Kassé, ils sont une soixantaine d’individus à avoir été interpellés par les services de police dans diverses boîtes de nuit, de Kaloum à Sonfonia, et cela en violation des dispositions sécuritaires en vigueur contre la pandémie de la Covid-19. Parmi eux, des tenanciers de ces lieux de distraction et même des artistes.

« Nombreux sont aujourd’hui encore les tenanciers, les propriétaires de ces lieux de distraction, je veux parler des bars, restaurants, maquis. Dans la mesure où toutes les instructions ont été données pour la fermeture de jour comme de nuit, nombreux sont ceux là aussi qui s’évertuent à ouvrir les boîtes et à regrouper les citoyens. Surtout que ça se passe généralement les week-ends. C’est ce qui nous a motivés sur instruction de l’autorité de renforcer nos dispositifs et d’aller en guerre contre ces gens-là qui sont toujours en porte-à-faux avec les dispositions sécuritaires qui sont prises. Les vendredis, samedis et dimanches, c’est à dire les 20, 21 et 22, nous avons procédé à des interpellations suite aux opérations que nous avons menées. Dans la commune de Kaloum, 23 personnes ont été interpellées dans 3 bars : 12 ont été interpellées dans le bar qu’on appelle Java, 3 dans le bar Bobodi et 9 personnes dans le bar qu’on appelle Frotman. Au niveau de Nongo, dans Ratoma, dans le bar appelé Ardo, c’est 23 personnes qui ont été interpellées par le commissariat central de Nongo en rapport avec la coordination des opérations du couvre-feu, et la CMIS numéro 5 aussi a eu à interpeller 5 personnes de plus, soit un total de 28 personnes interpellées. Au niveau de Sonfonia, dans la boîte de nuit qu’on appelle Prestige, c’est 9 personnes qui ont été interpellées, d’autres même ont eu à violenter les agents et des dispositions disciplinaires ont été prises à leur endroit. Et dimanche, malgré que les opérations ont été bien menées, au niveau de Kobaya dans la boîte qu’on appelle Matrice, c’est 7 personnes qui ont été interpellées », a-t-il expliqué.

Parmi les personnes interpellées, figurait la star Léga Bah, qui pour des raisons particulières, a été placée sous contrôle judiciaire. Toutefois, le Général Boubacar Kassé précise qu’elle devra au même titre que les autres individus interpellés répondre de ses actes devant le tribunal.

« Compte tenu du statut particulier de cette vedette, elle a été entendue régulièrement de la même manière que les autres et elle est placée sous contrôle judiciaire. De la même manière que les autres ont été auditionnés et leurs dossiers transmis au Procureur de première instance de Dixinn, de la même manière, elle a été auditionnée et le dossier est pendant à ce niveau. Mais elle va répondre de ses actes devant le tribunal de la même manière que les autres », dira-t-il.

Pour terminer, le porte-parole de la police appelle les citoyens à un éveil de conscience, et à l’implication de chaque citoyen pour endiguer et vaincre le Covid-19.

Maciré Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.