Violence faites aux enfants: Le parlement des enfants de Guinée en concertation avec le Directeur pays de plan international

Print Friendly, PDF & Email

Le parlement des enfants et le directeur pays de Plan International Guinée ont animé un forum virtuel sur les violences faites aux enfants et particulièrement sur les jeunes filles.
La forum virtuel tenu dans la salle de conférence de la Direction Nationale de l’Enfance (DNE) a mobilisé les députés juniors des 5 communes de Conakry, les représentants des chefs-lieux des huit (08) régions administratives et les préfectures de la Guinée.
Consciente des mutilations génitales féminines (MGF), les violences basées sur le genre (VBG), la maltraitance et les travaux domestiques, la présidente du parlement des filles de Guinée Mariame Diallo a, au nom de ses paires recommandé : « Je demande à tout le monde de ne pas soutenir les MGF, les VBG, la maltraitance et les violences faites aux enfants, notamment aux filles. Je voudrais aussi demander aux nouvelles autorités de soutenir la scolarisation des enfants du pays, spécifiquement les jeunes filles, de finir avec le viol et les mariages précoces les MGF et les VBG », a sollicité la députée junior de la commune de Ratoma.

Le directeur de Plan International Guinee


Pour sa part, le Directeur pays de Plan International, Johnson B. Aime a, au sortir des échanges promis d’accompagner les jeunes guinéens particulièrement le parlement des jeunes filles qui, au cours des échanges ont eu à soulever des questions variées et pertinentes « Et nous sommes prêts à accompagner toutes les autres organisations et associations jeunes, surtout avec les organisations sœurs comme nous et les amener la où elles veulent arriver, ce n’est pas là ou nous voulons, mais où elles veulent. Nous allons continuer à les écouter, à les appuyer. Et ils ont abordé le numérique, un sujet si sensible, important et capital, parce qu’il n’y a pas de développement aujourd’hui sans le numérique, et surtout avec le COVID-19, c’est une nouvelle mode de vie et sans le numérique, on ne peut pas vivre. Donc nous sommes prêts à les accompagner au point de vue formations socioprofessionnelles, d’équipements », a rassuré le représentant résidant de Plan Guinée.
De son côté, Kadiatou Konaté, la directrice exécutive du club des jeunes filles leaders de Guinée est revenue sur les thèmes abordés avant de rassurer qu’elles joueront le rôle d’aînesse pour accompagner le parlement des enfants. « Nous sommes revenus sur les problèmes spécifiques pour chaque région naturelle, pour chaque préfecture, afin d’identifier et donner des nouvelles stratégies en vu d’améliorer les conditions des enfants en Guinée. Et notre structure sera là en tant qu’aînée du parlement des enfants pour qu’enfin nous puissions travailler ensemble ».

Mamadou Yaya Barry
622266708

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.