Violences à Mali : ‘’le colonel Issa Camara est le seul responsable des exactions’’ (gouverneur de région)

Print Friendly, PDF & Email

La saga judiciaire sur les violences enregistrées dans la préfecture de Mali, en Moyenne Guinée, les 17, 18 et 19 juin 2016, s’est poursuivie ce lundi 22 janvier, dans sa septième journée, au tribunal militaire spécial, avec l’intervention du gouverneur de région, à titre de témoin. C’est aux environs de 10h 55, que Sadou Keïta a été appelé à la barre pour revenir de long en large sur ces événements douloureux.

Dans son intervention, la première autorité de la région de Labé est revenue sur le comment il a été informé de ce qui s’est passait dans la cité Loura, comment il est arrivé là-bas et de ce qu’il a vu ce jour.

A la question du président du tribunal Koly Kémoko Camara à qui il impute les exactions commis ce jour à Mali, le gouverneur répond en ces termes : « si un trouble, ou un problème est enregistré à Lélouma, c’est le gouverneur de Labé qui va répondre, donc c’est le commandant du camp d’infanterie de Mali à l’époque qui est le seul responsable des faits ».

Dans la foulée, le gouverneur de la région administrative de Labé a démenti plusieurs choses avancées précédemment par le colonel Issa Camara à la barre.

Selon le gouverneur, lors de son séjour à Mali, il avait aperçu des militaires sortir du camp, fusil en mains, ils ouvraient le feu en direction du grand marché de la cité Loura. Malgré, dit-il, sa présence et celle du commandant de la deuxième région militaire, les tirs de militaires retentissaient.

A l’en croire, lui-même (gouverneur) s’est déplacé pour aller constater les dégâts enregistrés, avant de renchérir : « j’ai appelé mon ministre qui m’a sommé de revenir avec Issa Camara à Labé. Lorsque le colonel et moi, sommes arrivés vers 1h du matin à ma résidence, le chef d’état-major adjoint le général Théa m’a informé qu’il venait nous rencontrer chez moi. Immédiatement Issa Camara m’a dit que si un militaire et un autre militaire doivent se rencontrer, cela doit se faire au camp militaire. Après il m’a dit qu’il va aller au camp pour rencontrer le général. Mon plus fort étonnement le matin, Issa Camara m’a informé qu’il est arrivé à Conakry ».

Selon les avocats de la partie civile cette version des faits du gouverneur démontre que c’est le colonel Issa Camara qui est l’auteur des exactions commises au mois de juin dans la commune urbaine de Mali.

Dans la phase questions, des avocats de la défense, l’un d’entre eux a demandé au gouverneur s’il avait entendu le colonel Issa Camara donner l’ordre aux militaires d’ouvrir le feu ? Cette question a fait monter la tension du public qui scandait des cris de désapprobation. Suite à ce geste, les avocats de la défense ont boudé la salle d’audience, demandant au président du tribunal de maitriser la situation sinon ils ne vont plus revenir dans la salle pour la poursuite du procès. C’est après une pause de plus d’une heure que le gouverneur est revenu à la barre, mais finalement le procès à été suspendu pour reprendre ce mardi 23 janvier à partir de 9 heures 30 minutes.

A noter que le colonel Issa Camara et 23 co-accusés sont poursuivis de plusieurs chefs d’accusations dont entre autres pillages, incitation à commettre des actes contraires au devoir ou à la discipline, révolte, refus d’obéissance, outrage envers les supérieurs, pillage, destruction d’objets mobiliers, vol, menace, coups et vols volontaires, injures, destruction et dégradation d’édifices privés, incendie volontaire, recèle et dommage aux animaux.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.