Violences à Mali : le préfet Harouna Souaré rejette les accusations du colonel Issa et le charge à son tour

Print Friendly, PDF & Email

Le procès du colonel Issa Camara et 23 de ses coaccusés se poursuit au tribunal de première instance de Labé. Ce samedi 20 janvier, dans sa sixième journée au tribunal militaire à formation spéciale de Labé, c’est le préfet de Mali qui était à la barre à titre de témoin. C’est aux environs de 9 heures 26 minutes qu’Elhadj Harouna Souaré s’est présenté au TPI de Labé et il a été appelé à livrer sa version vers les 09 heures 30. Habillé en tenue Kaki, manche longue (tenue des préfets, ndlr), la première autorité de la préfecture de Mali a interrogé par le président du tribunal Thiam de revenir de long en large sur les événements survenus dans sa juridiction les 17 et 18 juin 2016. Il sera ensuite soumis pendant plus de 3 heures à une série de questions émanant de la défense et de la partie civile. C’est à 13 heures que le président du tribunal a autorisé le préfet de se retirer. A sa sortie d’audience, le témoin a accepté de livrer à chaud ses premiers sentiments…

« Le sentiment qui m’anime aujourd’hui en tant que préfet, c’est un sentiment de joie de voir que la justice guinéenne est entrain de faire son travail. J’espère qu’au finish de ce procès personne ne croira être au dessus de la loi »

Parlant des accusations portées contre sa personne par le colonel Issa Camara comme étant l’instigateur des événements douloureux survenus en juin 2016 dans sa préfecture, le préfet balaye d’un revers de la main ce qu’il appelle les allégations avant d’enfoncer l’ancien commandant du camp d’infanterie de Mali.

« Je m’inscris en faux et j’ai considéré ces accusations comme une fuite en avant. J’ai dit devant la barre qu’il aurait mieux valu pour un homme de la trempe qu’il a, d’assumer ses responsabilités et de présenter ses excuses au président du tribunal, à la hiérarchie militaire, à la hiérarchie civile, de présenter ses excuses aux civils, aux victimes, que de chercher à avoir un bouc-émissaire, et de faire une fuite en avant. Il est le seul auteur des ces exactions qui se sont produites ce jour »

Poursuivant, il déclare qu’à l’allure où vont les choses, la vérité finira par jaillir.

« Mon souhait le plus ardent et que les victimes de tous les côtés rentrent en possession de leurs droits, et que les torts qui ont été faits aux victimes soient réparés. J’ai l’espoir à l’allure où vont les choses que la vérité finira par jaillir » conclut-il.

Pour rappel, c’es exactions commises dans la cité de Loura avait fait au mois de juin 2016 plus de 40 blessés dont 5 par balles, une vingtaine de boutiques et magasins pillés, d’autres incendiés, des véhicules saccagés, des bétails dérobés.

A noter également qu’au sortir de cette audience, les avocats des deux parties que sont Me sidiki Berété de la défense et Me Thierno Souleymane de la partie civile, se montrent confiants sur le déroulement du procès et espèrent chacun sortir victorieux. Affaire à suivre…

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.