Violences à N’zérékoré : des ONG parlent de 36 morts, le gouverneur et Tiégboro mis en cause

Print Friendly, PDF & Email

Lors du double scrutin législatif et référendaire du 22 mars dernier, N’zérékoré, principale agglomération au sud de la Guinée, a été le théâtre de violents affrontements entre opposants et partisans de la nouvelle constitution. Ces affrontements intercommunautaires ont fait, selon des ONG de défense des droits de l’homme, 36 morts et 129 blessés.

Lors d’une conférence de presse qu’elles ont animée, vendredi à Conakry, ces organisations de défense des droits de l’homme que sont l’OGDH, LES MÊMES DROITS POUR TOUS, AVOCAT SANS FRONTIÈRES, OBSERVATOIRE JUSTICE ET PAIX et VGDN, ont indiqué avoir dépêché une équipe d’enquêteurs pour tenter de voir clair dans ces douloureux événements. Dans le rapport produit par l’équipe d’enquêteurs, deux personnalités sont particulièrement pointées du doigt. Il s’agit du gouverneur de région à l’époque des faits, Mohamed Ismaël Traoré et le secrétaire de la lutte anti-drogue, le colonel Moussa Tiégboro Camara.

Selon le rapport, « le gouverneur de la région, M. Mohamed Ismael TRAORE a été accusé par plusieurs citoyens et leaders d’opinions pour des faits de violations des droits de l’Homme ».

Par ailleurs les enquêteurs ont mis l’accent sur le fait que les personnes arrêtées soient transférées à Kankan. Ce qui, selon eux, ne peut pas permettre un procès équitable

Ci-dessous, le rapport…

Rapport du Collectif des ONG de Défense des Droits de l'Homme GF sur les Violences Intercommunaiutaires du 22 au 24 mars 2020 à N'Zérékoré

Thierno Sadou Diallo

+224 662 76 75 74

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Le contenu est protégé !!