Violences basées sur le genre: l’association guinéenne des assistantes sociales met en place un numéro vert

Print Friendly, PDF & Email

Pour lutter contre les violences basées sur le genre y compris les MGF (mutilation génitales féminines) en Guinée, l’Association Guinéenne des Assistantes Sociales (AGUIAS) a, au cours d’une conférence de presse animée ce mardi 1er novembre 2016 annoncée l’existence d’une ligne d’alerte 116 et une maison sécurisée pour des personnes victimes de ces cas.

Selon la présidente de l’AGUIAS, Hadja Aissatou Barry, l’objectif de leur association, qui est créée en 1999 et agréée en 2000 est ‘’d’assurer la prise en charge psychosociale des personnes en situation difficile, particulièrement les femmes et les enfants, les assister, les assurer une  insertion ou réinsertion scolaire et socioprofessionnelle en vue de les tirer de la mendicité et les orientés vers une activité pouvant favoriser leur autonomisation’’, dira-t-elle entre autres avant de dire qu’avec la mise en place de ce numéro vert 116, ‘’la population peut nous appelé pour dénoncer tous les cas d’abus, viol, excision, traites, violences, les mariages précoces, maltraitance ou exploitation au niveau de notre association AGUIAS. Ce numéro 116 existait depuis en 2006,  qui nous a d’ailleurs permis d’aider beaucoup d’enfants en  leur mettant à la l’école.’’

Plus loin, elle affirme que ce numéro vert 116 est une ligne d’assistance, le moteur de l’alerte sur les violences basées sur le genre partout. ‘’Dans le pays, le 116 est au centre de la lutte contre toutes formes de violences faites aux femmes et aux enfants, la population peut appeler gratuitement sur tous les réseaux pour dénoncer toutes les formes de violences ou traite dont sont victimes les femmes et les enfants en Guinée’’, précise-t-elle avant d’enchérir en disant que grâce à ce numéro vert 116 nous avons reçu EN 2015 48.701 appels, repartis comme suit : 28.712 appels concernant  les cas basés sur le genre ; la violence physique nous avons reçu 15% d’appels, violences sexuelles 20%, abandon d’enfants et de ménages 7% et violences psychologiques 9%.’’

A l’en croire ‘’une fois que nous entrons en contact avec les victimes, nous les envoyons dans une maison sécurisée  qui  est construite avec l’appui financier de quelques partenaires, une maison qui  peut accueillir une soixantaine de personnes. elle (maison securisée) n’accueille  pas seulement des victimes qui résident en Guinée, mais aussi les guinéens qui vivent en dehors du pays et qui sont dans la même situation pour permettre de les aider aussi, nous sommes  déjà  en concertation avec les autorités  pour leur rapatriement en Guinée.’’

De son coté, la représentante de l’ambassade des Etats -Unis, Mariétou Bah a mentionné que ce numéro vert est un instrument sur lequel ‘’les personnes pourront dénoncer  toutes  les formes de violentions faites aux femmes et aux enfants, il faut que la population apprend l’existence de ce numéro parce qu’il faut donner de la force à la loi, nous le savons tous que la loi guinéenne interdise les violences basées sur le genre.’’

Elisa Camara

(+224) 654 95 73 22

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.