Violences basées sur le genre: Mory Condé appelle à dénoncer les cas de viols

Print Friendly, PDF & Email

Dans le but de protéger la couche féminine contre les violences basées sur le genre notamment le viol dans les espaces publics dans les cinq (5) communes de la capitale, le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, à travers son service genre et équité a organisé, ce lundi 20 décembre, à Conakry, un forum conjoint intitulé « ville sûre pour les femmes et les filles à Conakry ». C’est en partenariat avec l’UNICEF, les nations unies et l’UNDP.
La rencontre qui a consisté à la présentation du rapport de la cartographie des endroits non sécurisés ainsi que la stratégie multi- acteurs a été présidée par le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, Mory Condé en présence du ministre de la jeunesse et des sports, Lansana Béa Diallo, la gouverneure de la ville de Conakry, la Générale à la retraite, M’Mahawa Sylla, les conseillers communaux entre autres.
« Avec tout ce qui se passe dans notre pays, il y a urgence pour l’ensemble des acteurs du pays de conjuguer les efforts ensemble afin de maximiser les actions de dénonciation des cas de violences basées sur le genre notamment le viol dans notre pays », a déclaré Mory Condé.
Poursuivant, il indique que : « ce n’est pas assez honorable que les questions de viol soit présentées de façon récurrente sur l’ensemble du territoire national. J’interpelle les partenaires techniques et financiers à d’avantage redoubler d’efforts et le niveau d’accompagnement des services techniques de l’Etat afin que ceux-ci puissent réellement jouer leurs rôles ».
Par ailleurs, le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation invite les conseillers communaux de la capitale Conakry à dénoncer les cas de viols.


« Mais également aussi les élus locaux qui sont nos conseillers communaux des cinq communes de la capitale à encourager les structures locales existantes dans leurs circonscriptions à renforcer leur mécanisme de dénonciation afin que tous les cas de viols puissent faire désormais l’objet de poursuites judiciaires. Mais aussi au ministère de la justice de diligenter les dossiers concernant les cas de viols afin que cela puisse constituer de moyen de dissuasion aux futurs violeurs », a ajouté le ministre.
Selon Ibrahima Barry, le coordinateur du fonds de consolidation des Nations Unies, le projet a permis à : « un peu plus de 800 femmes de pouvoir s’exprimer librement dans les espaces publics aujourd’hui. Et qui ont permis de renforcer le leadership des femmes au niveau communautaire »

Elisa Camara
+224654957322

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.