Violences électorales à N’zérékoré : les autorités appellent à la retenue

Print Friendly, PDF & Email

La ville de N’zérékoré, au sud du pays a connu des remous hier mardi, suite à la déclaration du candidat de l’UFDG qui s’est autoproclamé vainqueur de l’élection présidentielle du 18 octobre. Une annonce qui n’a pu retenir ses militants qui ont pris d’assaut les rues pour célébrer cette prétendue victoire.

Ce qui a tourné au vinaigre entre ses partisans et ceux du pouvoir, mais aussi les services de sécurité qui les ont dispersés à l’aide du gaz lacrymogène. C’est pour prévenir ces prémisses de violence que cette rencontre s’est tenue ce mardi dans le salon du préfet en présence des sages des différentes communautés.

D’entrée, Sâa Yoola Tolno a d’abord condamné l’altitude des partisans de l’UFDG qui n’ont pas selon lui, respecté les principes avant d’appeler les différentes parties à la pérennisation de la paix à N’zérékoré.

Prenant la parole, les représentants des deux partis politiques ont regretté tous les incidents survenus dans la soirée. Ils ont par ailleurs, appelé leurs militants à préserver la paix.

A la sortie de cette rencontre, le maire de la commune urbaine, Moriba Albert Delamou, s’est confié en ces termes : « Hier, je me suis entretenu avec le préfet sur la situation qui se passe dans la commune. Il était important et nécessaire d’appeler les parties prenantes. C’est ainsi on a décidé de les appeler. Nous voulons que chacun conseille ses militants pour qu’à l’avenir la paix soit consolidée. Bientôt la CENI va proclamer son résultat. Dieu seul sait qui va gagner. Il serait trop prématuré d’aller vite en besogne. On va attendre la CENI qui va proclamer les résultats. Qu’on s’abstienne de toutes déclarations tendancieuses pour que la paix continue à régner à N’zérékoré. Heureusement, toutes les parties ont compris et comptent œuvrer dans ce sens », dira le maire de la commune.

Il faut noter que plusieurs boutiques ont été vandalisés ce mardi à N’zérékoré. Mais aussi on dénote des cas de blessés et d’arrestations, selon les responsables de l’UFDG.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’zérékoré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.