Connect with us

Tribune

Violences en Guinée : voici l’opportunité d’interdire les manifs de rue jusqu’à nouvel ordre (opinion)

Depuis quelques semaines, les manifestations de rue sont officiellement interdites en Guinée.

Non juriste et pas légaliste à tous les coups, je rappelle d’emblée que la politique, c’est penser l’avenir et qu’en maintien d’ordre, « prévenir que guérir » est la meilleure option ; et tant le péril est grand, tant il est impératif de sortir les gros moyens.

Pas de liberté sans sécurité et aucune mesure n’est de trop quand il s’agit de faire régner l’ordre et la sécurité.

Les juristes sont dans leur logique et ils ne se lâcheront jamais de rappeler que les dispositions de l’article 10 de la constitution consacrant la liberté de manifester sont violées. Mais il faut tout de suite ajouter que l’on ne peut bien jouir de son droit de manifester que dans la sécurité. Et fort malheureusement, cette sécurité, ayons le courage de l’avouer, a foutu le camp de chez nous depuis peu, en tout cas, dans certains coins de la capitale.

Certes, la fragilisation du système sécuritaire, sous un certain angle, devrait pas entraver le droit de manifester mais force est de reconnaître que dans la situation actuelle de la Guinée, les manifestations, quelque soit leurs natures, viennent fragiliser davantage la paix et le climat social.

C’est vrai, même sans crise politique, la situation sécuritaire de notre pays laisse à désirer. Mais les manifestations politiques à Conakry constituent en réalité un terreau fertile où l’insécurité vient s’abreuver avec à la clé des morts d’hommes enregistrés parfois dans des situations de barbarie indescriptible. Je pense à tous les citoyens tués depuis le scrutin communal du 04 février 2018, notamment le sous-officier de la police nationale sauvagement massacré ce jeudi, 08 novembre à Wanindara. Ce qui est surtout intéressant dans ce cas, c’est que le crime a été commis par une foule, je ne sais pas s’il faut dire, de manifestants ou de bandits armés.

Ce qui ne se dit pas, c’est que nos forces de l’ordre sont aujourd’hui dépassées par l’ampleur de la situation. La violence, quand à elle, ne cesse de monter crescendo. Et tout porte à croire que la situation ne ferait qu’empirer les prochains jours, car l’opposition républicaine est désormais inscrite dans une logique de manifs ininterrompues. Ce qui équivaut à parler d’une série de violences continues. Je ne suis pas en train de dire que les appels à manifester de Cellou Dalein DIALLO et ses paires de l’opposition sont forcément synonymes de violences mais plutôt qu’ils sont mis à profit par des loubards pour semer la terreur dans nos rues. Ces malfrats mêmes agissent parfois hors des périmètres de manif. Comme pour dire que ces semeurs de troubles ne sont ni moins ni plus manifestants mais des criminels obsédés par le sang et les scènes macabres.

D’aucuns diraient qu’il faut rétablir l’autorité de l’État mais à l’état actuel des choses, on dirait que tout échappe au contrôle de l’État. D’où l’opportunité d’interdire toute manifestation jusqu’à nouvel ordre. Ce ne serait même pas exagéré de préconiser un état d’urgence dans les zones réputées chaudes, notamment Wanindara où les violences continuaient jusqu’à tard dans la soirée de ce vendredi. Interdire ce droit constitutionnel, oui. Pourvu que l’autorité gouvernementale se bouge pour rétablir la sécurité et pallier à la situation politique sans cesse délétère qui prévaut dans le pays depuis les dernières élections locales.

Karfala Aminata CONDE

Jeune politologue

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Denise

    11 novembre 2018 at 5 h 16 min

    Moi avant toute interdiction, j’irai arrêter tous ceux qui sont reconnaissables sur ces images car ce sont eux les tueurs et ils iront tous avec leurs parents en tôle

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook

  • Ebola en RDC, une urgence mondiale 19 juillet 2019
    Parmi les sujets d'actualité africaines développés dans les journaux allemands cette semaine, l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo, qui a atteint pour la première fois la grande ville de Goma.
  • Les ordures aggravent les inondations à Conakry 19 juillet 2019
    Les déchets qui s'accumulent dans les caniveaux empêchent les eaux de s'écouler. Les constructions anarchiques causent également des problèmes en période de fortes pluies.
  • Tueries en Ituri: un silence qui fait écho 19 juillet 2019
    Dans les artères de la ville de Bunia en RDC, des jeunes ont défilé avec la tête d'une jeune femme décapitée. Leur but était de crier leur détresse, tout en espérant des réactions de la part des autorités.
  • Le désarmement a commencé en RCA 19 juillet 2019
    Le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion est enfin dans sa phase exécutoire. Cinq groupes armés ont engagé le processus, selon la Minusca.
  • Helsinki : une "coalition de volontaires" pour l'accueil des personnes secourues en mer ? 19 juillet 2019
    Helsinki, la capitale finlandaise, a abrité jeudi (18.07.19), une réunion des  ministres de l'Intérieur de l'Union européenne pour discuter de l'accueil des personnes secourues en mer.
  • Le Sénégal mobilisé autour des Lions de la Teranga 19 juillet 2019
    Le Sénégal va affronter l’Algérie à 19 H temps universel pour le compte de la finale de la coupe d’Afrique des Nations. Tout le peuple est derrière ses Lions face aux Fennecs.
  • Urgence mondiale ou pas, la riposte contre Ebola se poursuit 18 juillet 2019
    L'Organisation mondiale de la santé a donc relevé le niveau de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'urgence sanitaire mondiale. Une décision qui laisse le docteur et ministre congolais de la Santé sceptique.
  • La CPI confirme la somme des indemnités dont Thomas Lubanga doit s'acquitter 18 juillet 2019
    Outre quatorze ans de prison, la CPI avait aussi condamné, en 2012, Thomas Lubanga à verser 10 millions de dollars aux familles des victimes. Une décision confirmée, jeudi, par la Chambre d'appel.
  • La directrice de la police judiciaire limogée au Burkina Faso 18 juillet 2019
    L'affaire des corps de 11 personnes retrouvés sans vie dans les locaux de l'Unité antidrogue continue de défrayer la chronique au Faso. Depuis, des mesures disciplinaires ont été prises au sein de la police nationale.
  • Un nouvel état régional menace de voir jour en Ethiopie 18 juillet 2019
    Depuis l'arrivée d'Abiy Ahmed, en 2018, les pressions entre communautés se multiplient. Outre le conflit entre Omoros et Ahmaras, les Sidama viennent désormais s'ajouter aux dossiers urgents du Premier ministre.
  • Angie et ses drôle de dames 18 juillet 2019
    Les journaux commentent le "coup" d'Angela Merkel. La chancelière a réussi a placé ses deux alliées les plus fidèles à des postes clefs : exécutif européen pour Ursula von der Leyen et ministère de la Défense pour AKK.
  • Allemagne: quel est le programme anti-immigration de l'AfD ? 18 juillet 2019
    Connu pour ses sorties controversées, quel est le réel programme du parti d'extrême-droite en matière d’immigration ?
  • Rapprochement germano-russe lors d'un sommet en Allemagne 18 juillet 2019
    Malgré l'absence d'Angela Merkel et de Vladimir Poutine, pour la première fois depuis 2014, les ministres des Affaires étrangères allemand et russe se retrouvent ce jeudi à Bonn en Allemagne.
  • Oly Ilunga s'interroge sur les motivations de l'OMS 18 juillet 2019
    Après la décision de l'OMS de déclarer l'épidémie d'Ebola urgence sanitaire mondiale, Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé, réagit sur notre antenne. Selon lui, sur le terrain, cela ne va rien changer.
  • Crise anglophone au Cameroun: des parlementaires allemands proposent une médiation 18 juillet 2019
    La crise dans les provinces anglophones s’enlise. C’est dans ce contexte qu’une délégation de parlementaires allemands a récemment séjourné dans le pays pour proposer une médiation aux protagonistes.
  • Soudan du sud: un système de plus en plus répressif 18 juillet 2019
    Amnesty International dénonce une campagne de harcèlement, d’intimidation et d’attaques contre les adversaires politiques du pouvoir en place à Juba, y compris à l’étranger.
  • Ebola déclarée urgence sanitaire mondiale 18 juillet 2019
    Les experts du Comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), réunis en urgence mercredi, ont relevé le niveau de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'"urgence" sanitaire mondiale.
  • CAN 2019 : Le Nigeria termine troisième 18 juillet 2019
    Dans la petite finale, les Super Eagles ont battu la Tunisie 1-0 et montent sur le podium. C'est la septième fois de l'histoire que le Nigeria termine troisième de la CAN.
  • Trump, un président raciste à la Maison Blanche? 17 juillet 2019
    Les derniers propos de Donald Trump au sujet de quatre élues démocrates à la peau foncée ont décidément du mal à passer. Par tweets interposés, le chef de la Maison Blanche les a accusées de haïr l'Amérique.
  • "Que c'était juste" pour Ursula von der Leyen 17 juillet 2019
    Les journaux allemands reviennent sur l'élection d'Ursula von der Leyen  à la tête de la Commission européenne. D'ici à son entrée en fonction le 1er novembre, elle doit constituer une nouvelle Commission.