Violences post-électorales : 47 individus armés arrêtés, Fabou assure que “les criminels seront traqués’’

Print Friendly, PDF & Email

La Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) a procédé à la présentation jeudi 29 octobre de 47 individus arrêtés suite aux dernières manifestations qui ont secoué la capitale Conakry. Il s’agit d’opérations spéciales de lutte contre la grande criminalité menée par les services de défense et de sécurité, appuyés par l’armée qui visent à sécuriser les populations et leurs biens. 

Selon le commissaire divisionnaire Aboubacar Fabou Camara, directeur Central de la police judiciaire, c’est depuis le 14 octobre que des troubles sérieux à l’ordre public et à l’autorité de l’État ont été constatés. Des individus en groupe et équipés d’armes blanches et d’armes militaires s’attaqueraient à la quiétude des paisibles populations en détruisant leurs biens immobiliers, maisons, voitures et les dépossédant 

« Nous avons compris qu’il ne s’agit plus de manifestations politiques mais de cas de crimes. Ce qui nous a poussé à prendre toutes les dispositions. Les premiers groupes qui ont été interpellés ont été conduits au tribunal. Nous avons demandé que cela était nécessaire de continuer les opérations de poursuites des bandits. Ainsi donc le tribunal de première instance de Dixinn, par le juge d’instruction qui est saisi des affaires nous a délégués pour faire des actes d’instruction de la base d’une commission rogatoire. C’est en exécution de cette commission rogatoire que toutes ces missions-là ont été menées. Il s’agissait donc de procéder à l’interpellation de toute personne liée à ces infractions qui sont commises, et procéder en toute perquisition, en tout lieu, d’autant plus que ces infractions sont confondues aux manifestations politiques, mais quand il s’agit d’aller brûler des domiciles, terroriser des personnes, des groupes de personnes, des familles innocentes, pour la simple raison qu’ils appartiennent à une communauté, cela n’est plus politique, ça c’est le crime, et par des personnes qui sont armées », explique le commissaire. 

Suite à ces opérations d’interpellations, plusieurs armes de tous types ont été saisis dans des domiciles et leurs occupants arrêtés. À en croire le Directeur de la police judiciaire, des analyses ont prouvé que ces armes saisies auraient servi à commettre des crimes. 

« Aujourd’hui, ces hommes que vous voyez avec des armes que nous exposons ici ont été saisis sur eux, à domicile pour certains. Et ces armes-là ont été analysées, elles ont effectivement servi à commettre des crimes », assure-t-il.  Tout en rassurant la population de la détermination des services de sécurité à traquer les criminels et les traduire devant les juridictions compétentes. Qu’ils (ces criminels) sachent où qu’ils se trouvent, nous allons les traquer, les trouver et les mettre à la disposition des tribunaux ».

Maciré Camara

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.