Violences post-électorales : Cellou Dalein liste 48 victimes

Print Friendly, PDF & Email

Le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, en compagnie de plusieurs partis de l’Alliance Nationale pour l’Alternance Démocratique (ANAD), face à la presse ce jeudi 12 novembre 2020 à son domicile de Dixinn, a condamné l’arrestation de son vice-président Chérif Bah, et les poursuites judiciaires contre Ousmane Gaoual Diallo, Cellou Baldé, Sékou Koundouno, Abdoulaye Bah et Etienne Soropogui par le pouvoir Condé.

Dans une déclaration qu’il a lue, le président du principal parti de l’opposition indique « Nous condamnons énergiquement cette instrumentalisation de la justice par Alpha Condé à des fins de règlements de compte politiques et exigeons la libération sans délai des détenus et l’arrêt des poursuites contre les cadres et militants de l’UFDG, de l’ANAD et du FNDC. »

‘’Faute de quoi, poursuit-il, « l’UFDG et l’ANAD ne tarderont pas à prendre toutes les dispositions pour défendre les droits et libertés de leurs partisans. En tout état de cause, ces violences inouïes et ces harcèlements judiciaires déclenchés par Alpha Condé contre l’UFDG et l’ANAD ne feront que galvaniser la volonté de leurs partisans à défendre, quoi qu’il arrive, leur victoire acquise dans les urnes. »

Cellou Dalein Diallo a, par ailleurs, annoncé que les violences post-électorales ont fait 48 victimes, « la plupart sont ceux qui était sortis pour célébrer ma victoire », conclut-il.

Mohamed Cissé      

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.