Visite du président léonais, résurgence du virus Ebola, Gaoual et Cie désormais sans défense, à la Une des Journaux

Print Friendly, PDF & Email

Au cours de cette semaine qui s’achève, les hebdomadaires Le Lynx, La Lance, L’observateur et le Quotidien national Horoya se sont intéressés à plusieurs sujets dont la visite du président léonais, la résurgence du virus hémorragique Ebola et Alpha Grimpeur en conflit avec sa base, Gaoual et Cie désormais sans défense.

Dans sa parution du 18 février 2021, le Quotidien national Horoya s’est intéressé à la récente visite du président léonais en Guinée, en titrant à sa Une : « Visite du Président de la République de Serra Leone en Guinée : Trois accords de coopération signés. » Sur la question, le journal révèle que « le Président de la République de Serra Leone, Julius Maada Bio est arrivé à Conakry dans l’après midi de ce lundi, 15 février 2021 pour une visite de travail de 48heures. Dans la journée du mardi, 16 février 2021, les présidents Alpha Condé et Julius Maada Bio ont eu un second tête-à-tête à l’hôtel Primus de Kaloum avant de co-présider à la signature de trois accords de coopération. Le premier accord est un accord général de coopération entre le Gouvernement de la République de Guinée et la République de Serra Leone pour la création d’une commission mixte de coopération. Le second est accord-cadre de coopération en matière de sécurité et de renseignements entre la République de Guinée et la République de Serra Leone. Alors que le dernier accord est un protocole d’accord de coopération et d’assistance administrative mutuelle en matière Douanière entre la République de Guinée et la République de Sierra Leone. La fin de la visite du président Julius Maada Bio de la Sierra Leone a été marquée par un communiqué conjoint lu et signé par le ministre guinéen et des Guinéens de l’Etranger, Dr Ibrahima Kalil Kaba et la ministre sierra léonaise des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Mme Hassan Kellie Conteh. Dans ce communiqué conjoint, les deux chefs d’Etat ont convenu de convoquer à nouveau le comité technique conjoint sur le Yenga, qui devrait se réunir à Nongoa, le 03 mars 2021. Et d’entreprendre des patrouilles conjointes ou parallèles le long des zones frontières communes à parti du 1er mars 2021. Suite à l’assurance donnée par les deux parties sur le plan de la sécurité, le président Alpha Condé et son homologue de Sierra Leone se sont entendus pour ouvrir leurs frontières communes le jeudi, 18 février 2021 à partir de 8 heures GMT. Ils ont exprimé leurs vives préoccupations face à la montée du terrorisme et de l’extrémisme en Afrique et dans le monde. »

De son côté, La Lance a, dans sa parution du 17 février 2021, intéressé à la reparution de la maladie à virus Ebola en titrant à sa Une : « Guinée : Résurgence du virus hémorragique Ebola. Le gouvernement tente de circonscrire l’épidémie. » Sur la question, le journal révélé que « le 14 février, le gouvernement guinéen annonçait la résurgence de la fièvre hémorragique à virus Ebola dans la préfecture de N’zérékoré. Les dernières statistiques font état de cinq décès et de neuf personnes cas hospitalisés à N’zérékoré et à Conakry. On dénombrait 125 contacts à la date du 14 février. 115 à N’zérékoré et 10 à Conakry. Pour circonscrire la maladie, les autorités guinéennes ont commencé une série de mesures, notamment dans la sous-préfecture de Gouécké d’où est partie la maladie. Dans un communiqué de la Présidence publié lundi soir, Alpha Condé a annoncé : ‘’Les marchés hebdomadaires, les cérémonies religieuses et traditionnelles nécessitant des regroupements pour une durée de 30 jours. Un délai renouvelable si la nécessité s’impose. Le gouvernement exige également des enterrements dignes et sécurisés de tous les cas de décès confirmés et suspects/probables par les équipes habilitées. La déclaration aux sanitaires et administratives de tous les cas de décès. L’interdiction des regroupements de plus de cinq (5) personnes… »

« RPG : Alpha Grimpeur en conflit avec sa base. Les déboires des pourboires ! », place ainsi le journal satirique Le Lynx dans sa parution du 15 février 2021. Sur le sujet, il écrit : « Au RPG Arc-en-ciel, tout le monde est mécontent : de ceux qui contestent les hommes qui gouvernent, la manière de gouverner, aux militants des premières heures de clandestinité qui se sentent oubliés après l’arrivée du Prési Alpha Grimpeur à Sékhoutouréya. Des vieilles nounous aux châles jaunes (couleur du RPG) sur la tête et les épaules, une banderole et des jeunes en-shirt  avec un portrait de quelqu’un assis, le menton dans la paume de la main comme perdu dans ses pensées. Des slogans : « Je suis RPC, on m’a abandonné », « Je suis RPC, on m’a oublié »… Les membres du collectif dit des « Frustrés du RPG arc en ciel » n’ont pas lésiné sur le message pour se faire entendre jusque dans la forteresse du Palais présidentiel Sékhoutouréya. Ce regroupement de militants des premières heures du Rassemblement du peule de Guinée était face à la presse vendredi 12 février pour se plaindre d’être oubliés par le Prési Alpha Grimpeur. Le collectif revendique près de 500 membres. Sans être exhaustif, car ‘’95% des militants du parti sont frustrés aussi bien ceux qui le disent que ceux qui se taisent’’, s’offusquent les conférenciers. »

Quant au journal L’Observateur, il a dans sa parution du 15 février 2021 titré : « Gaoual et Cie désormais sans défense. Leurs avocats ‘’suspendent’’ leur assistance. » Sur le sujet, notre confrère précise que « la procédure en cours contre les détenus politiques croupissant dans les geôles de la maison centrale risque de se tenir sans les avocats. En tout cas, Maitre Mohamed Traoré a annoncé le retrait de ces collègues et lui-même, ainsi que la décision de leurs clients de ne plus répondre aux questions qui leur seront posées dans les conditions actuelles. Ça pourrait être l’un des tournants majeurs de la procédure judiciaire déclenchée contre les opposants incarcérés depuis bientôt trois mois à la maison centrale de Conakry. Le collectif des avocats qui défend Ousmane Gaoual Diallo, Chérif Bah, Cellou Baldé, Abdoulaye Bah, Etienne Soropogui et compagnie, a décidé de suspendre sa participation dans la procédure en cours. Ils dénoncent une sorte de ‘’caporalisation’’ de la justice par l’exécutif. La goute d’eau qui a fait déborder le vase, concerne les dernières décisions de justice, rendues par les tribunaux de Conakry dans les dossiers concernant des opposants et surtout la lenteur dans le traitement des procédures en cours. ‘’On constate que la justice est devenue un instrument politique. Elle ne fait que distribuer des peines sans fondement contre les opposants. On ne peut pas continuer à l’accompagner dans cette démarche’’, s’insurge un avocat. »

A la semaine prochaine !   

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.