Vivre jusqu’à 150 ans ? “Grâce aux nouveaux médicaments, ce sera possible”, affirme un scientifique

Print Friendly, PDF & Email

“Ce n’est pas de la science-fiction. À l’avenir, nous pourrions vivre jusqu’à au moins 150 ans.” Ce n’est pas un charlatan qui l’affirme, mais le scientifique et biologiste Andrew Steele. Il croit fermement que le vieillissement est un processus que nous pouvons ralentir et il a écrit un livre à ce sujet. “D’ici dix ans, les premiers traitements et médicaments seront sur le marché, ils nous permettront de vivre plus longtemps et en meilleure santé.”

Personne ne peut y échapper : nous finissons tous pas vieillir. On naît et on meurt. Ce sont à peu près les deux seules certitudes dans la vie. “C’est comme ça depuis des milliers d’années”, explique le biologiste britannique Andrew Steele dans une interview pour le Guardian. “Mais s’il y avait une autre alternative ?”

Il tente de répondre à cette question dans son livre “Ageless: The New Science of Getting Older Without Getting Old”. Il ne croit pas qu’il existe un Saint Graal qui puisse nous offrir l’immortalité. Cependant, il est convaincu que les scientifiques peuvent développer des traitements et des techniques pour que nous puissions vivre plus longtemps et en meilleure santé.  

La soixantaine

Selon Steele, notre risque de mourir double tous les sept à huit ans. Les premières décennies, nous traversons la vie de manière saine, mais si nous regardons la moyenne, cette insouciance s’arrête dès que nous atteignons notre soixantième anniversaire. Beaucoup de gens entendent moins bien à partir de cet âge et ont soudain besoin de lunettes. Après une journée de travail intensif dans le jardin, leur dos leur fait soudain mal et ils ont soudain beaucoup de problèmes de santé, explique le biologiste.

Le corps d’une personne d’une soixantaine d’années a travaillé sans relâche pendant de nombreuses années. Les cellules vieillissent, le système immunitaire s’affaiblit, les articulations s’usent… Résultat: les gens sont plus sensibles aux maladies de vieillesse comme le cancer, les maladies vasculaires et la démence. 

Mais d’après Steele, nous pouvons contrecarrer cela. Plus précisément avec des traitements qui s’attaquent aux principales causes de ces maux et maladies. “Le cancer n’est pas une marque ou un symptôme de notre vieillesse. C’est une maladie causée par une variété de symptômes. Si nous les combattons, nous pouvons ralentir le processus de vieillissement”. Et cela signifie que non seulement nous vivrons plus longtemps, mais que nous resterons en bonne santé. 

Des études sur des souris

Steele confirme que cette affirmation n’est pas de la science-fiction en se référant à certaines études récentes. Au cours des cinq dernières années, de nombreuses expérimentations ont été menées sur des souris, des vers et des mouches. Les scientifiques utilisaient certains médicaments, comme le dasatinib, un médicament qui ralentit la croissance des cellules cancéreuses. Dans une étude, la durée de vie des animaux a été augmentée de dix pour cent. L’année dernière, des scientifiques du Texas ont réussi à transplanter des cellules souches de jeunes souris sur des souris plus âgées, augmentant ainsi leur durée de vie moyenne de trois mois. Pour un humain, cela équivaut à une décennie.

“Les progrès que nous faisons sont inimaginables”, affirme Steele. En 2018, ils ont commencé des recherches sur l’homme, et le biologiste attend avec impatience les premiers résultats. “Les preuves s’accumulent. Nous ne pouvons pas l’ignorer”, écrit Steele dans son livre. “À l’avenir, nous pourrons traiter le vieillissement comme s’il s’agissait d’une simple maladie.” Et cet avenir est plus proche que nous ne le pensons. “D’ici dix ans, les premiers traitements et médicaments seront sur le marché.”

Cela signifie-t-il que nous allons soudainement vivre cent ans de plus? Non, “mais cela donne à la science suffisamment de temps pour développer de nouveaux traitements et de nouveaux médicaments afin que nous puissions progressivement prolonger notre durée de vie”.

Source: The Guardian, hln.be

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.