Connect with us

Tribune

Vœux de nouvel an : Bah Oury dit que les PA ont été accueillis avec ‘’un grand soulagement’’

C’est un immense honneur de vous présenter mes vœux de bonheur, de santé et de prospérité au seuil de la nouvelle année.

D’abord c’est avec joie que nous avons appris le 31 décembre, la libération des personnes détenues, Mme Fatou Badiar, Almamy Aguibou et Mamadou Alpha suite à l’affaire dite du 19 juillet 2011. Ces compagnons d’infortune ont bénéficié d’une grâce présidentielle ainsi que plusieurs dizaines d’autres. Au Président de la République et également aux anonymes qui ont de près ou de loin contribué à cet heureux dénouement, recevez nos chaleureux remerciements. A l’occasion de nos vœux de l’année dernière nous avions exprimé notre souhait de voir toutes les personnes en détention dans le cadre de cette malheureuse affaire de pouvoir retrouver la liberté. Cette décision du Président de la République va dans le sens de la décrispation politique et de l’apaisement dont le pays a besoin. Aux deux derniers détenus, le commandant AOB et Jean Guilavogui nous partageons leur souffrance et nous réitérons notre souhait en faveur de leur libération.

L’année 2018 a été difficile du fait des tensions sociales et politiques qui ont jalonné ces douze mois.

  • La crise politique consécutive à la tenue des élections communales le 04 février 2018 est une situation ubuesque qui montre sous un mauvais jour la nature de la classe politique de notre pays. Ce qui priment à ses yeux est un cynisme et un narcissisme qui génèrent immanquablement le triomphe de la mal-gouvernance, la violence endémique et enfin la déstabilisation de notre pays. Les « accords politiques entre des partis » sont érigés au-dessus des lois du pays et les humeurs d’une poignée d’individus prennent en otages aussi bien les institutions nationales que les populations qui n’en peuvent plus. C’est ainsi avec un grand soulagement que les riverains de l’axe Hamdallaye – Bambeto – Cosa –Wanindara -cimenterie ont accueilli les PA des forces de l’ordre dont la présence a ramené un sentiment de sécurité et de tranquillité. Cela devra être durablement consolidé.
  • La crise sociale dont les grèves des enseignants sont les marqueurs les plus vifs et les plus visibles, ne date pas de maintenant. Une mentalité d’autoritarisme est perceptible dans les comportements et les réactions dans la société guinéenne. Ainsi toute contradiction même mineure débouche sur des conflits violents et absurdes. Or les sens de la mesure, de la responsabilité et de l’équilibre sont indispensables à toute élite politique et sociale qui entend incarner les attentes et les aspirations de tous ses compatriotes. Nous avons beaucoup à apprendre de ce côté, gouvernants comme gouvernés. Ensuite, il faut changer les paradigmes pour repenser la gouvernance globale de notre pays afin de briser les blocages structurels qui enferrent la Guinée dans l’immobilisme et la pauvreté. Cela passe par des remises en cause responsables et hardis pour reconnaître que les « maux de la Guinée ont pour origine nous-même ». Changer la Guinée suppose d’abord avoir conscience de ses propres responsabilités afin de transcender les rigidités économiques et sociales qui entravent les transformations que la Guinée attend.

2019 ouvre un nouveau cycle politique pour la Guinée. Après 60 années d’indépendance nationale et 60 années de colonisation effective, de nouvelles perspectives s’offrent à notre pays. C’est pour cette raison que nous nous engageons à promouvoir pour les prochaines législatives une liste d’hommes et de femmes crédibles et désireux de rénover l’espace politique guinéen pour plus d’éthique, de patriotisme, de modernité et de responsabilité. Nous allons ainsi parcourir, nos routes et nos pistes rurales pour aller à la rencontre de nos compatriotes des campagnes et des villes pour mieux les connaître.

A nos compatriotes qui ont été endeuillés par les violences politiques de 2018, aux familles des naufragés dans la Méditerranée et de ceux qui ont perdu des êtres chers dans le désert du Sahara, aux personnes embastillées pour leur opinion, leur croyance ou leur statut social nous leur exprimons notre solidarité et notre compassion.

A notre continent l’Afrique, que 2019 soit le début d’une ère de stabilité retrouvée et de progrès social.

A la Guinée, notre pays que 2019 soit une bonne année de stabilité et d’amélioration des conditions de vie de tous.

A mes amis du Renouveau, bonne et heureuse année.

A tous bonne et heureuse année 2019.

BAH Oury

Ancien Ministre

Animateur national du mouvement « Le Renouveau »

1er Vice-Président de l’UFDG

 

 

Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

0 Comments

  1. CONDÉ ABOU

    10 janvier 2019 at 7 h 35 min

    Bonne et heureuse année 2019, Cher frère et ami, Mr. Bah Oury.

    Je souscris à 100% à votre constat objectif et logique sur l’efficacité de la décision Gouvernementale d’installer les PA dans les quartiers difficiles de la haute banlieue de Conakry et qui a permis de répondre dans l’urgence aux préoccupations sécuritaires des populations.

    Une décision comme la mise en force sur le terrain des PA, est vingt mille fois plus utile et efficace qu’une Loi anti-casseurs et qui aurait été longue et difficile à faire appliquer sur le terrain pour aider les populations.

    La décision du Gouvernement a été plus que salutaire, et les résultats le prouvent à suffisance.

    En tous les cas, Dieu merci que les populations puissent vaquer librement à leurs businesses. Grand merci Mr. Bah Oury pour le courage politique. God bless you.

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter