Yamoussa Conté, pg Cour d’Appel Conakry : « le président Doumbouya dit qu’il ne protège personne dans ce pays »

Nommé la semaine dernière par décret, le nouveau Procureur Général [pg] près la Cour d’Appel de Conakry, Yamoussa Conté, a rencontré ce lundi 26 septembre les Procureurs de la République près des Tribunaux de première instance de Conakry. L’objectif de cette rencontre entre ces magistrats vise entre autres à faire une prise de contact et voir comment faire fonctionner le parquet général et sa collaboration aussi avec les parquets d’instance, nous apprend-on.

À sa prise de parole au sortir des échanges, le Procureur Général Yamoussa Conté a rappelé que action s’articulait sur quatre points: « La prise de contact, la tenue des réunions hebdomadaires et mensuelles, le troisième point c’était la mise en place d’une cellule de communication et le quatrième c’était les rapports entre le parquet général et les paquets d’instance ».

Poursuivant, le tout nouveau empereur des poursuites a fait savoir que leur objectif c’est l’application stricte de la loi. « J’insiste là-dessus, les délais de procédure doivent être respectés ainsi que les délais de garde à vue. Nous avons instruit le procureur des parquets d’instance de procéder à des inspections au niveau de leurs ressorts judiciaires et nous on peut faire une inspection inopinée à tout moment et qu’un rapport soit dressé à cet effet. C’est tolérance zéro, s’il y a manquement que ce soit au niveau des OPJ ou au niveau des parquets d’instance »

Plus loin, Yamoussa Conté a rassuré que le  parquet général a toujours été indépendant et qu’on peut tout reprocher à son prédécesseur Alphonse Charles Wright sauf ça. « Donc nous sommes sur la même lancée. Le président de la République,  quand nous l’avons rencontré, il a été clair, qu’il ne protège personne dans ce pays. Quand il dit qu’il ne protège personne dans ce pays, c’est-à-dire qu’il ne va pas s’immiscer dans les affaires judiciaires, pour dire arrêter telle personne, faites ceci, faites cela. Nul n’est au-dessus de la loi, nous avons la main libre. Désormais qu’on ne dise pas que nous avons reçu les instructions de l’exécutif, non! Nous travaillons  conformément aux textes et nous sommes stricts là-dessus, nous avons tenu cette promesse et elle sera réalisée. Pas de demi-mesure. Si vous fautez, vous répondez à la hauteur de votre forfaiture. S’il n y a pas de charge contre vous, je l’ai réitéré à la réunion, aux avocats généraux, aux procureurs d’instance, des appels fantaisistes contre les décisions que ça s’arrête. Qu’on examine très bien s’il y a lieu de le faire il faut le faire. Je reviens là-dessus, les délais de procédure doivent être respectés ».

Mamadou Yaya Barry 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.