Yamoussa Sidibé, ancien DG de la RTG : « si l’éditorial ne change pas… »

Print Friendly, PDF & Email

Mercredi 17 novembre, Yamoussa Sidibé, ancien Directeur Général de la Radiodiffusion télévision guinéenne (RTG) qui était l’invité de l’émission « Les Grandes Gueules » d’Espace FM a abordé plusieurs questions liées au fonctionnement, à la gestion, aux performances et à la productivité de la RTG mais aussi le rôle qu’il aura à jouer s’il était retenu au CNT.

D’abord, l’ancien DG de cette maison dira que la RTG n’est pas autonome. Et selon lui, si la gestion vient d’ailleurs, on ne peut pas très bien contrôler l’existant. »L’un des sujets qui m’auront fait partir de la RTG, c’était mon insistance sur le changement de statut de la RTG. La RTG aujourd’hui, dans sa situation actuelle, ne peut pas satisfaire les Guinéens, ne peut pas avoir une bonne gestion financière, elle ne peut pas avoir une bonne gestion administrative. Le ministre est capable de parachuter n’importe qui à la RTG, lui donner un poste et informer le Directeur Général après. C’est arrivé avec moi. »

Selon Yamoussa Sidibé, il y a les gens de tous les horizons à la RTG, dont elle a n’a pas forcément besoin, qui sont régulièrement payés à la Fonction publique. 

« Pendant ce temps, vous avez des stagiaires qui arrivent. Je vous ai parlé du jeune Thierno Ousmane qui est un excellent journaliste mais qui n’est pas employé.  On ne peut l’employer qu’à la fonction publique. La RTG n’a pas la capacité, n’a même pas le statut d’employer un journaliste. Alors que le directeur général qui est là, il a besoin de ces jeunes journalistes…Aujourd’hui, il y a plus de 100 personnes à la rédaction, on n’en a pas besoin franchement.  La télévision, la radio c’est le monde de l’excellence, des compétences et des talents.  Ceux qui sont bons restent.  Ceux qui ne sont pas bons, puisqu’ils sont à la Fonction publique, on peut les envoyer ailleurs, à l’enseignement, dans d’autres secteurs. Je ne suis pas en train de dire de mettre le trop-plein à la porte. »

Poursuivant, il ajoute que si l’éditorial ne change pas, les Guinéens ne s’intéresseront pas à la RTG.

« Aujourd’hui, le directeur général ne peut rien faire à l’état actuel qui puisse amener le Guinéen à s’intéresser à la télévision nationale, à s’intéresser à la radio.  Parce que vous pouvez changer d’équipements, vous pouvez changer les journalistes, prendre les meilleurs journalistes au monde mais si l’éditorial ne change pas, le Guinéen ne s’intéressera pas à la télévision, il ne reviendra pas parce qu’il  est Guinéen, il veut y venir parce qu’il trouve ce qu’il cherche. La RTG est un service rattaché au ministère de la Communication, la RTG n’a aucune autonomie.  Il faut que la situation de la RTG change.  La RTG regorge de meilleurs techniciens, de meilleurs journalistes du pays, il faut leur donner les moyens d’être véritablement sous les projecteurs. Et le seul moyen, c’est de changer le statut de la RTG. »

Pour terminer, Yamoussa Sidibé dira ce qu’il compte faire une fois au CNT comme l’un des deux représentants des journalistes.

« Si nous sommes retenus, je compte avoir des concertations avec ma consœur Asmaou Barry, rencontrer les différentes associations, les différentes rédactions pour comprendre les problèmes qui nous assaillent, quels sont les points sur lesquels les journalistes souhaiteraient qu’on travaille une fois au Conseil national de la transition. Mettre cela dans une sorte de corpus, le travailler et puis aller le défendre. Nous n’allons pas partir avec nos seules idées, nous représentons une entité, nous partirons avec des idées qu’émettront les différents membres de cette entité », dit-il.
Christine Finda Kamano 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.