Yombiro (Kissidougou) : pour un mariage qui a raté, un guérisseur traditionnel accusé d’avoir tué ses beaux-parents

L’histoire d’un mariage non concrétisé a conduit à un homicide sur un couple dans le district de Forodou, sous-préfecture de YOMBIRO. C’était le lundi 08 août 2022 dans  la soirée. Le mis en cause serait un guérisseur traditionnel chez qui le couple avait envoyé sa fille, qui était malade, pour se faire soigner. Le prix à payer après guérison serait de lui donner cette fille en mariage.

Rencontré par notre correspondant, le commandant à la retraite Lélé Sayon Condé, maire de la CR de YOMBIRO, témoigne: « C’est vers 18h, le mardi 09 août, que j’ai reçu un appel m’annonçant l’affaire. Directement, je me suis rendu à la gendarmerie départementale de Kissidougou pour informer le commandant. Celui-ci a dépêché une mission. Selon les témoignages, c’est le fils de l’homme tué qui a retrouvé le corps de sa marâtre, Sia Adama Mansaré, aux alentours de leur champ. Celui-ci est revenu au village en sanglots, annonçant la nouvelle. Les gens s’y sont rendus. Effectivement, ils ont trouvé le cadavre de la femme à l’entrée du champ. Un peu vers le bas, se trouvait le corps de son mari, Michel Léno. »

S’agissant de l’identité du présumé meurtrier, le commandant Lélé Sayon précise : « Le monsieur qui a commis l’acte s’appelle Oumar Condé, un guérisseur traditionnel qui fréquente très souvent ce milieu. Quand il a fini de les étrangler, parce qu’il n’a utilisé ni arme blanche ni arme à feu, il a pris la route de Koldou puis Mankordou. »

La collaboration de la population locale a permis de mettre aux arrêts le suspect. Le maire ajoute: « Je remercie infiniment ma population pour son apport inconditionnel dans la recherche de cet homme suspect. Parce que le mardi 09 août, j’ai été informé par mes citoyens que ce nommé Oumar Condé aurait emprunté un taxi-motard afin de rejoindre  la commune urbaine de Kissidougou. J’ai immédiatement appelé un responsable de Worokoro puis le président de district de Wouladèn qui était dans son champ. J’ai ensuite appelé un conseiller de la CR qui est de ce village. Il s’agit de Karinza. Ce dernier a mobilisé les jeunes qui ont érigé des barrages. C’est comme ça qu’il a été arrêté, conduit à la gendarmerie de Kissidougou à bord du pick-up de ce conseiller. »

A préciser que la femme qui devrait appartenir à Oumar l’aurait quitté après avoir passé quelques années sous son toit. Le premier magistrat de cette localité revient sur cette affaire de mariage rompu « La fille a fait deux enfants dont un vivant pour Oumar Condé après sa guérison. Mais selon les dires de la fille, Oumar serait en train  de lui infliger de mauvais traitements ces derniers temps. Donc, elle a décidé de rompre ce mariage non désiré. Son prétendant avait porté plainte contre ses beaux-parents à la gendarmerie. Après investigations, il a demandé le paiement de 2.500.000gnf et 2 beaufs comme frais de traitement de la fille. Mais les agents judiciaires lui ont répondu que sa requête est irrecevable du fait qu’il ait passé quelques années avec la fille après sa guérison. Et de surcroît, elle a fait des enfants pour lui. Il a reconnu et il a envoyé les gens pour demander pardon à la belle famille pour la plainte. »

Jusqu’au moment où nous écrivions cette dépêche, Oumar Condé était  en garde à vue à la gendarmerie départementale de Kissidougou, selon notre interlocuteur, le commandant Lélé Sayon Condé. Nous y reviendrons…

Alphonse F. Somadouno, depuis Kissidougou

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.