Yomou : un pacte de paix et d’amitié signé à Galapaye entre communautés kpèlè et malinké

Une cérémonie de signature d’un Pacte de paix et d’amitié entre les populations de Galapaye (communautés kpèlè et malinké), district de la sous-préfecture de Bignamou dans la préfecture de Yomou, a été organisée, samedi, 11 juin 2016, rapporte le correspondant préfectoral de l’AGP dans la localité.

Cette cérémonie est l’œuvre de l’Union du Fleuve Mano (UFM) ou la Mano River Union, à travers l’Unité Conjointe de Sécurité et de Restauration de la Confiance (UCSRC) de Guécké, en collaboration avec le Conseil Danois pour les Réfugiés.

Cet événement de portée historique et sociale a mobilisé à Galapaye outre les autorités préfectorales, sous-préfectorales et communales, les populations de Galapaye et les responsables des villages voisins frontaliers du Liberia.

La cérémonie a été meublée par le discours de bienvenue du sous-préfet Bignamou, l’intervention du doyen Pé Gbaïri Maomy, président de l’UCSRC et celle du secrétaire général chargé des Collectivités décentralisées de la préfecture de Yomou. Tous ces intervenants ont retenu le 11 juin 2016 comme date du slogan, «Plus jamais ça à Galapaye».

Pour le secrétaire général des Collectivités décentralisées de Yomou, El hadj Sory Camara, «ce geste s’inscrit en droite ligne dans le programme de société du chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, qui fait de la réconciliation des communautés et des nations, la pierre angulaire de tout édifice durable».

L’orateur a également prodigué d’utiles conseils aux populations sur le maintien, la consolidation d’une cohabitation pacifique et le renforcement d’une paix durable.

Un autre point fort de cette cérémonie, c’est l’engagement doublé d’un échange chaleureux de poignées de main des doyens d’âge, à savoir des notables et d’Imams de Galapaye, avant l’immolation d’un bélier symbolisant le pacte de paix et d’amitié entre les populations.

Les doyens d’âge n’ont pas manqué d’exprimer également leurs préoccupations se résumant au manque d’enseignants, de Maisons des jeunes, de Maternité et autres infrastructure de base à Galapaye.

A rappeler, que le 03 mai 2011, le village de Galapaye a été secoué par un événement malheureux, qui lui a coûté des vies humaines, des habitations détruites et des liens de bon voisinage déchirés. Depuis ce jour, le gouvernement guinéen et les Organisations Non Gouvernementales (ONG) n’ont cessé de fournir beaucoup d’efforts pour ramener la paix à Galapaye.

AGP

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire