Zénabgate/Makanéra flingue Tibou : ”solidarité gouvernementale ne veut pas dire se soutenir contre la population”

Print Friendly, PDF & Email

Lors d’une récente sortie médiatique sur Djoma tv, le ministre d’Etat Tibou Kamara a quelque peu taclé aussi bien le président de l’Assemblée nationale, l’honorable Amadou Damaro Camara que le procureur Alpha Sény Camara du Tribunal de première instance (TPI) de Kaloum dans l’affaire Zénabgate, du nom de ce scandale de détournement présumé de 200 milliards GNF imputé à la ministre de l’Enseignement technique Zénab Nabaya Dramé. Une sortie qui continue de faire réagir au sein de la classe politique. C’est le cas de l’honorable Alhousseiny Makanera Kaké, ancien ministre de la Communication qui a réagi jeudi au micro de Mediaguinee.

Si le président Damaro, qui est le représentant du peuple, qui a pour mission de contrôler l’action gouvernementale, dit que ce communiqué n’était pas le bienvenu, je crois qu’il ne pouvait pas dire moins que ça, puisque c’est ce que la majorité des Guinéens partage aujourd’hui

« Je voudrais dire au ministre d’Etat que peut-être c’est lui qui n’a pas bien apprécié. Sinon, le communiqué  a été désavoué par  la majorité des Guinéens, puisque la solidarité gouvernementale ne veut pas dire que les ministres doivent se soutenir mutuellement contre la population. Ce n’est pas ça la solidarité gouvernementale. Et ce communiqué ne rassure personne, parce que ni le président de la République, ni le Premier ministre, au nom  des autres ministres, ne peut nous dire que ce que chaque ministre fait dans son département. A partir du moment où le président lui-même dit que c’est la corruption qui gangrène l’administration, lorsque les journalistes dénoncent un détournement, je crois que le rôle du gouvernement c’était de mettre en branle les institutions compétentes pour que la lumière soit faite. Et non faire un communiqué pour soutenir un ministre. Donc, si le président Damaro, qui est le représentant du peuple, qui a pour mission de contrôler l’action gouvernementale, dit que ce communiqué n’était pas le bienvenu, je crois qu’il ne pouvait pas dire moins que ça, puisque c’est ce que la majorité des Guinéens partage aujourd’hui. Ce qui est évident, ce n’est pas la première  fois qu’on a dit qu’un ministre a détourné. On a vu des ministres qui sont partis jusqu’en justice. Avec les autres, le gouvernement n’a jamais fait un communiqué. Mais pourquoi cette fois-ci il y a eu un communiqué ? Si le gouvernement connaît celui qui a détourné, celui qui n’a pas détourné, alors on va enlever la justice, le gouvernement n’a qu’à tout faire.  Dans une société organisée, chaque institution joue un rôle bien déterminé. Donc, c’est pourquoi, il y a le législatif qui vote la loi et contrôle l’action gouvernementale. Le judiciaire qui juge. Il y a des décisions de justice, des arrêts des cours que l’Exécutif est chargé d’exécuter.

Par  rapport au procureur, là-bas aussi monsieur le ministre d’Etat s’est lourdement trompé. Le procureur  a deux (2) rôles principaux: il a le rôle de déclencher l’action publique lorsqu’il est informé d’une infraction et de défendre la société lorsqu’elle est partie au procès. Donc, ce n’est pas parce qu’il est placé sous l’autorité du procureur général et lui-même placé sous l’autorité du ministre qu’il a pour rôle d’attendre les instructions du ministre ou bien de défendre le ministre. Non ! Les procureurs qui ont poursuivi Donald Trump aux Etats-Unis ont été nommés par le président de la République. On ne te nomme pas pour soutenir ou défendre le ministre ou le président .On te nomme pour défendre la société, le ministère public c’est-à-dire la population. Lorsque les journalistes disent que l’argent a été détourné, ils n’ont pas dit qu’ils ont détourné l’argent des journalistes, on dit l’argent du peuple est détourné. Je crois que la moindre des choses c’est de demander à ce que la lumière soit faite. Moi, je la considère jusqu’à preuve du contraire comme innocente. Mais je m’oppose à toute forme d’entrave au fonctionnement des institutions. », a confié Makanéra Kaké .

Elisa Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.