Zéro admis au BEPC à Koubia : le préfet met les pieds dans le plat du DPE 

Print Friendly, PDF & Email

La première autorité de la préfecture de Koubia, n’arrive toujours pas à digérer l’échec enregistré par sa juridiction après la publication des résultats du BEPC session 2020. Il vous souviendra que Koubia cette année a présenté 191 candidats avec zéro admis. Une situation qui continue de polariser les débats dans cette zone. Toute chose qui a d’ailleurs irrité la colère des élèves et leurs parents. Conséquence, une manifestation a été organisée à cet effet ce lundi 14 septembre 2020 dans les rues de Koubia pour exiger le départ du Directeur Préfectoral de l’Education-DPE.

Pour faire face à cette situation qui relève d’une calamité académique, une commission a été mise en place dont le préfet fait office de président, histoire de rencontrer l’inspecteur régional de l’éducation de Labé pour statuer sur cet échec total. 

« Sur les 191 candidats présentés cette année à Koubia, nous avons eu zéro admis. A la veille de la publication de ces résultats, j’ai appelé l’inspecteur régional de l’éducation de Labé, je lui ai expliqué que je veux savoir si on a un droit de faire un recours pour ces résultats, histoire de vérifier les copies de nos candidats. Il (IRE) m’a répondu par l’affirmatif, qu’un recours est possible même après 3 ans de l’examen. Nous avons mis en place une commission dont les membres sont entre autres : l’APAE, la société civile, le maire, moi le préfet, et les représentants des élèves. Nous avons réclamé les copies, les relevés de notes, et l’envoi au département, l’IRE nous a donné un rendez-vous demain mercredi à 10 heures. Je suis à Labé avec le maire, les autres membres de la commission sont en route. C’est pas parce que nous n’avons pas confiance à l’IRE de Labé, mais si sur 191 candidats nous n’avons eu aucun admis, en tant qu’autorité je veux savoir si c’est l’enseignement qui a fait défaut, ou si ce sont les élèves qui n’ont pas fourni d’efforts. Là, la responsabilité est partagée, les enseignants, responsables éducatifs et même nous autorités, nous sommes tous responsables », explique Mamadou Saïdou Bangaya Diallo. 

Poursuivant, le préfet de Koubia fait de graves révélations sur le DPE qu’il a accusé de mauvaise gestion. 

« Lors de l’ouverture des classes, j’étais allé au collège de Koubia centre, tous les élèves étaient regroupés dans une salle, il n’y avait que le principal. Je me suis rendu directement à la DPE, j’avais pris des photos et des vidéos des élèves, il n’y avait même pas de mesures barrières. Je lui ai fait savoir que les enseignants étaient absents, le DPE m’a répondu que les enseignants étaient absents puisqu’ils n’ont pas reçu leurs primes d’incitation. J’ai appelé le Ministre Dr. Bano qui m’a dit de donner le téléphone au DPE, mais l’explication de ce dernier n’était pas rationnelle, le ministre m’a demandé de prendre avec le DPE la liste des enseignants qui n’ont pas reçu leurs primes d’incitation. Le DPE m’a envoyé trois listes mais qui était toutes erronées puisque même des enseignants décédés figuraient sur les listes. J’ai appelé le Ministre pour l’informer de la situation. Après, une délégation de l’IRE de Labé a été dépêchée à Koubia. Donc le problème est très délicat », a détaillé Mamadou Saïdou Bangaya Diallo. 

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.